Une pétition en faveur de l'ouverture des bibliothèques le soir et le dimanche

Par @LaurenceHouot Journaliste, responsable de la rubrique Livres de Culturebox
Mis à jour le 23/01/2014 à 17H32, publié le 23/01/2014 à 17H06
L'association Bibliothèque Sans Frontières milite pour l'ouverture le dimanche

L'association Bibliothèque Sans Frontières milite pour l'ouverture le dimanche

L'association "Bibliothèques sans frontières" lance sur son site une pétition en faveur de l'ouverture des bibliothèques le soir et le dimanche. La France est très en retard dans ce domaine comparée aux autres pays européens.

La plupart des bibliothèques en France ferment leurs portes à 18 heures, pile l'heure où tout le monde sort du bureau. La France est un des pays d'Europe dont les bibliothèques ont une amplitude horaire la plus courte. Pour y remédier, l'association Bibliothèques Sans Frontières lance sur son site une pétition pour demander l'ouverture des bibliothèques le soir et le dimanche, sous le slogan "Ouvrons + les bibliothèques !"

"Ailleurs en Europe, nombre de bibliothèques ouvrent jusqu’à 22 heures et systématiquement le dimanche. A Copenhague, à Amsterdam, les bibliothèques publiques frôlent les 100 heures d’ouverture hebdomadaire contre 30 heures en moyenne en France, 40h dans les plus grandes villes. Aux Etats-Unis, les bibliothèques universitaires restent ouvertes 20h sur 24 voire 24h sur 24 en période d’examens. On n’apprend pas, on ne crée pas à horaire fixe, entre 9h30 et 18h, du lundi au samedi !", argumente l'association sur son site internet.

Frein financier

Lancée à la veille de la campagne des municipales, cette pétition est une adresse aux élus locaux. "C’est un sujet important et les élus locaux l’ont parfois négligé. Il n’y a pas eu une mobilisation suffisante.", explique Patrick Weil fondateur et président de Bibliothèques sans Frontières, interrogé par Rue 89.

Parce qu'une telle mesure aurait évidemment un coût, l'association propose des solutions, déjà expérimentées dans d'autres pays : "A moyens équivalents, et dans le respect des agents, des solutions existent. Nos voisins européens appliquent par exemple : le décalage des horaires d’ouverture, le recours à des emplois étudiants et temporaires pour épauler les bibliothécaires, l’ouverture partielle des surfaces d’accueil, l’aménagement de plages de récupération et de compensations financières.

La ministre de la Culture Aurélie Filippetti a déclaré lors de ses voeux à la presse que 2014 serait "l'année des bibliothèques", affirmant la nécessité d'accompagner leur mutation pour répondre à des nouveaux besoins. Elle n'a pas précisé si une plus grande amplitude dans les horaires d'ouverture faisaient partie des améliorations à apporter dans les services proposés par les bibliothèques.