Sur les traces du "père" d’Arsène Lupin, Maurice Leblanc 150 ans après

Par @Culturebox
Mis à jour le 12/12/2014 à 10H23, publié le 12/12/2014 à 09H08
Maurice Leblanc, né le 11 décembre 1864 à Rouen (Seine-Maritime)

Maurice Leblanc, né le 11 décembre 1864 à Rouen (Seine-Maritime)

© France 2

Le 11 décembre 1864, Maurice Leblanc naissait à Rouen (Seine-Maritime). Il reviendra très souvent dans sa Normandie natale, en particulier à Etretat où il achètera une maison. C’est là qu’il fera naître Arsène Lupin, le gentleman-cambrioleur.

Reportage : N. Lemarignier, T. Breton, J-M. Lequertier et C. Krauskopff
Si on vous dit Maurice Leblond ? Beaucoup hésitent. Mais si ajoute Arsène Lupin ? La réponse arrive aussitôt : "Arsènel Lupin". Bien sûr, le gentleman-cambrioleur, immortalisé pour le petit écran par Georges Descrières qui exprimé à la perfection l’élégance, le raffinement, la distinction et… la ruse du personnage.
Arsène Lupin, 24 romans signés Maurice Leblanc et de nombreux autres avatars

Arsène Lupin, 24 romans signés Maurice Leblanc et de nombreux autres avatars

© France 2
Pour écrire les aventures d’Arsène Lupin, Maurice Leblanc, "monté" à Paris pour devenir journaliste puis écrivain, a acheté une maison à Etretat (Seine-Maritime). En été, il adorait se mettre sous la pergola pour écrire. Mais il avait aussi son bureau reconstitué à l’identique et que l’on peut visiter. Là, expliquait-il, il attendait qu’Arène Lupin vienne lui raconter ses aventures. Ensuite, peut-on imaginer, il n’avait plus qu’à retranscrire ce que son héros lui avait dit. Facile !
La maison de Maurice Leblanc à Etretat

La maison de Maurice Leblanc à Etretat

© France 2
Maurice Leblanc aimait aussi se rendre au château de Tancarville où les souterrains étaient propices à toutes les cachettes et toutes les dissimulations. Le troisième lieu était l’abbaye de Jumièges, déjà quasiment en ruines à l’époque, où Maurice Leblanc, inventeur de mystères, pouvait aussi faire communiquer son héros avec l’histoire. Un passage secret reliait, paraît-il, l’abbaye au manoir d’Agnès Sorel, l’épouse de Charles VII.
Les souterrains de l'abbaye de Jumièges ont inspiré Maurice Leblanc

Les souterrains de l'abbaye de Jumièges ont inspiré Maurice Leblanc

© France 2
En 2011, la petite-fille de Maurice Leblanc, retrouvera un tapuscrit qu’elle fera éditer. Ce sera "Le dernier amour d’Arsène Lupin".
Maurice Leblanc est décédé à Perpignan en 1941.
Maurice Leblanc en famille

Maurice Leblanc en famille

© France 2