Siné enterré en fanfare au cimetière Montmartre à Paris

Par @Culturebox
Publié le 11/05/2016 à 19H33
Les obsèques de Siné le 11 mai 2016 au cimetière Montmartre à Paris

Les obsèques de Siné le 11 mai 2016 au cimetière Montmartre à Paris

© DOMINIQUE FAGET / AFP

Son épitaphe ? "Mourir ? Plutôt crever !". Le dessinateur de presse Siné, ami des chats, a été enterré envers et contre tous mercredi au cimetière Montmartre à Paris au son d'un orchestre de Jazz. Ses compagnons, sa famille et environ 400 personnes oscillant entre le rire et les larmes, l'ont accompagné à sa dernière demeure.

Verre de rouge à la main

Sous une surveillance policière discrète les amis de Siné, occupant toute une allée du cimetière du nord de Paris, à deux pas du Sacré-Coeur que Siné l'anticlérical exécrait, se sont rassemblés pendant plus d'une heure pour évoquer la mémoire de leur camarade disparu.

Sous une grande photo du dessinateur, un orchestre de jazz - la musique qu'il préférait - a joué des standards dont "Minnie the Moocher" de Cab Calloway, avant d'entamer une version jazzy de L'Internationale.

La plupart des collaborateurs de Siné Mensuel s'étaient donné rendez-vous au cimetière pour accompagner leur camarade. Le comédien Christophe Alévêque a bu un verre de vin devant la tombe de son ami, une façon de porter un dernier toast en son honneur.

"Il nous avait demandé de ne pas être tristes, on fait ce qu'on peut", a-t-il dit. Comme lui, plusieurs personnes buvaient du rouge ("la cuvée du chat") à la santé du défunt. Le comédien et cinéaste Benoît Delépine, oeillet rouge à la boutonnière, a prononcé son éloge funèbre. "Entre ici, Bob Siné, avec ton terrible cortège", a lancé le comédien, pastichant le discours de Malraux accueillant les cendres de Jean Moulin au Panthéon.

Dans son discours, le comédien n'a pas manqué de rappeler au défunt "le règlement intérieur" de sa dernière demeure. Parmi ces règles : interdiction formelle de faire des jeux de mots sur les chats ! Amoureux des chats ("car contrairement aux chiens, il n'y a pas de chats policiers", disait-il), Siné avait publié plusieurs recueils avec des chats croqués de mille manières (le ca-chat-lot,  le chat-ellite ou encore l'armée du chat-lut).

La tombe de Siné et de son épouse au cimetière Montmartre à Paris

La tombe de Siné et de son épouse au cimetière Montmartre à Paris

© DOMINIQUE FAGET / AFP

Doigt d'honneur pour l'éternité

Parmi les personnalités politiques, il y avait Gérard Filoche, figure de la gauche du PS, qui a rappelé ses "interminables disputes" avec le fondateur, en mai 68, de "L'Enragé". L'un traitait l'autre "d'anar" qui en retour se moquait du "socialo". Mais soulignait l'ancien inspecteur du travail, ému, Siné "était la crème des hommes. Il n'y avait pas plus doux et plus gentil que lui".

Vieux complice de Siné, Guy Bedos a également rendu hommage à son ami, tout comme Xavier Mathieu, ancien délégué syndical CGT de l'usine Continental, qui a invité la foule à chanter "Et tout le monde déteste la police".

Au terme, de la cérémonie, qui s'est déroulée sous la pluie, les amis de Siné, dont le corps a été incinéré, ont invité les participants à se disperser pour "partir au bistrot".

Siné, 87 ans, ex-pilier de Charlie Hebdo, est mort jeudi dernier dans un hôpital parisien des suites d'une opération.

Le dessinateur avait déjà fait construire sa tombe dans ce cimetière. Ornée d'un cactus en forme de doigt d'honneur, il y avait fait graver "Mourir? Plutôt crever!".

Beaucoup de participants ont déposé une fleur rouge sur la tombe avant de quitter le cimetière. L'urne contenant les cendres de sa première épouse, Anik, décédée le même jour que lui, a également été déposée près de celle de Siné.

Dans une ultime chronique publiée à la veille de sa mort dans le dernier numéro de Siné Mensuel, le dessinateur évoquait "la mort qui rôde et fouine sans arrêt autour de moi comme un cochon truffier".

"C'est horriblement chiant de ne penser obsessionnellement qu'à sa mort qui approche, à ses futures obsèques et au chagrin de ses proches", poursuivait-il.