Sélectionner votre région

  • area1
  • area2
  • area3
  • area4
  • area5
  • area6
  • area7
  • area8
  • area9
  • area10
  • area11
  • area12
  • area13
  • area14
  • area15
  • area16
  • area17
  • area18
  • area19
  • area20
  • area21
  • area22
  • area23
area1area2area3area4area5area6area7area8area9area10area11area12area13area14area15area16area17area18area19area20area21area22

Robert Combas : l'interview rock'n roll

Publié le 24/02/2012 à 09H16, mis à jour le 10/12/2012 à 15H16
  • Robert Combas dans son atelier de création au sein du musée
    Robert Combas dans son atelier de création au sein du musée © Stéphanie Loeb
  • La façade du Musée d'art contemporain de Lyon revue par Combas
    La façade du Musée d'art contemporain de Lyon revue par Combas © Stéphanie Loeb
  • Robert Combas, Mickey on the beach, 1977
    Robert Combas, Mickey on the beach, 1977 © Adagp, Paris, 2012
  • Robert Combas, La contemplation de Fannie (détail), 1984
    Robert Combas, La contemplation de Fannie (détail), 1984 © Adagp, Paris, 2012
  • Robert Combas, Ketty, 1984
    Robert Combas, Ketty, 1984 © Adagp, Paris, 2012
  • Robert Combas, Le modèle du peintre, 1986
    Robert Combas, Le modèle du peintre, 1986 © Adagp, Paris, 2012
  • Robert Combas, Portrait de Geneviève : période bleue, la barracca flamenca, 1999
    Robert Combas, Portrait de Geneviève : période bleue, la barracca flamenca, 1999 © Adagp, Paris, 2012
  • Robert Combas, Geneviève et Robert transformés par leur amour (détail), 1988
    Robert Combas, Geneviève et Robert transformés par leur amour (détail), 1988 © Adagp, Paris, 2012
  • Robert Combas, Les deux chats jaunes, 1986
    Robert Combas, Les deux chats jaunes, 1986 © Adagp, Paris, 2012
  • Robert Combas, Black Gabrielle d'Estrée et sa 4ème soeur cadette, 1985
    Robert Combas, Black Gabrielle d'Estrée et sa 4ème soeur cadette, 1985 © Adagp, Paris, 2012
  • Robert Combas, Aussi dur que du bois, 1987
    Robert Combas, Aussi dur que du bois, 1987 © Adagp, Paris, 2012
Pas facile d'interviewer Robert Combas. L'homme est insaisissable, au sens propre comme au sens figuré. A la vingtaine de journalistes venus le rencontrer au Mac de Lyon, il refuse de se laisser prendre en photo, de parler de son oeuvre. Timidité excessive ? Peur de voir ses propos déformés ? Un peu des deux, sans doute. Une chose est sûre, l'artiste est très méfiant vis-à-vis des médias, hostile même. Avec beaucoup d'insistance, on arrive tout de même à lui extorquer quelques réponses, parfois incohérentes et désordonnées. Brève rencontre avec un artiste moins accessible que ses oeuvres.

"Vous m'emmerdez ! Si vous aimez ma peinture, c'est tout ce qui compte... Moi, foutez-moi la paix, j'ai rien à dire! Et arrêtez de me prendre en photo !" 

Le ton est donné. C'est ainsi que Robert Combas accueille les journalistes venus le rencontrer à l'occasion de sa rétrospective "Greatest Hits" au Musée d'art contemporain de Lyon. On comprend d'emblée qu'on aura du mal à dialoguer avec l'artiste, mais on s'adapte et on lui court après pour lui soutirer quelques mots. Comment ressent-il le fait d'avoir un musée pour lui tout seul, la première grande rétrospective consacrée à son oeuvre ? "C'est pas assez !", répond-il en riant. Je dis ça parce qu'il avait beaucoup plus de tableaux à mettre, mais bon... Je sais pas comment le prendre, moi je ressens les choses après coup... Mais en France, on peut pas dire qu'on me met le tapis rouge !"

Son travail serait-il donc mieux considéré à l'étranger ? On perçoit en tout cas qu'il se sent snobé par l'intelligentsia parisienne et qu'il en souffre. Il y a peut-être aussi l'amertume d'avoir été un peu oublié après avoir connu un succès aussi fulgurant dans les années 80. Lui qui se considère comme "un travailleur qui donne beaucoup"  se dit "souvent déçu par les gens car ils ne donnent pas", ce qui le plonge dans un "pessimisme total". Misanthrope, Robert Combas ? Par intermittence, sans doute : "il y a des jours où je hais les gens et des jours où je les aime". Et nous, les journalistes, vous nous aimez ? "Hum... Moyen !" avoue-t-il en riant. 

"Ma peinture, c'est du rock" !

Véritable passionné de rock, Combas a été emballé par l'idée d'une expo montrant que peinture et musique convergeaient dans son oeuvre, lui qui se plaît à dire : "Ma peinture, c'est du rock !" Dès 1978, à l'âge de 21 ans, il fonde le groupe "Les démodés", avec Ketty Brindel et Richard Di Rosa (frère de Hervé). Lorsqu'il quitte Montpellier pour tenter sa chance à Paris, il emmène avec lui deux petites valises : l'une remplie de ses dessins, l'autre de 45 tours. Cette fameuse valise décorée par ses soins et pleine de vinyles est d'ailleurs présentée dans l'exposition. Phil Spector, le Velvet Underground, David Bowie, les Beach Boys... A ce jour, sa collection compte plus de 7000 disques ! Alors oui, il confirme : "la musique est essentielle dans ma vie. Mais en fait,  je n'écoute plus de musique depuis que j'en fais moi-même". 

Depuis deux ans, en effet, l'artiste a remonté un groupe, "Les Sans-Pattes", avec son ami Lucas Mancione, musicien et plasticien, et le bassiste Pierre Reixach. Une quarantaine de titres sont déjà en boîte et peut-être d'autres naîtront durant l'expo car l'atelier dans lequel Combas s'est installé pour deux mois fait aussi office de studio d'enregistrement. Quand il délaisse ses pinceaux, l'artiste joue de la guitare ou du piano et chante ses compositions. 

Robert Combas aux claviers au MAC de Lyon


 

Un artiste méfiant avec les médias

Justement, peut-il nous préciser ce qui va se passer dans cet atelier installé à son attention au sein du musée ?

"Ah non ! ça suffit, j'ai déjà répondu à ça... Vous n'avez qu'à lire les papiers qui ont été écrits là-dessus... Y'en a plein !" Dommage, on pensait avoir tissé un semblant de relation, mais l'artiste reste toujours sur ses gardes, sans doute à cause d'expériences malheureuses avec les médias. "Je suis souvent déçu par les articles sur moi. Même chose avec les photos : l'autre fois, il y a un mec qui a fait des super photos et dans son article, il a mis des photos de merde qu'il a retouchées, en plus !"

On s'arrêtera donc là. De toute façon, l'artiste, qui ne tient pas en place, s'est déjà esquivé. Robert Combas n'est pas loquace mais son oeuvre parle pour lui. Et elle est riche, intense, foisonnante et unique. Une rétrospective à ne pas manquer. 

Robert Combas au clavier avec son bassiste Lucas Mancione
Robert Combas au clavier avec son bassiste Lucas Mancione © Stéphanie Loeb

 

Robert Combas "Greatest hits" au Musée d'Art Contemporain de Lyon du 24 février au 15 juillet 2012