Diaporama 9 photos
Par Stéphanie LOEB @Culturebox

Rétrospective Robert Combas : 30 ans de peinture exposés à Lyon

Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 22/02/2012 à 15H27
  • Robert Combas, Love and Peace et Happiness, 1987
    01 /09
    Robert Combas, Love and Peace et Happiness, 1987
    Toujours la guerre hyper violente toujours quelqu’un qui veut vous battre, vous surpasser, vous humilier, vous tuer. On se bat toujours contre quelqu’un : les Juifs contre les Arabes, les microbes contre les docteurs, les femmes contre les hommes, les lions contre les hyènes, King Kong contre Godzilla, le noir contre le blanc, moi contre toi et soi contre soi-même. Acrylique sur toile - 242 x 382 cm  
    © Adagp, Paris, 2012
  • Robert Combas, La fanfare du ragelade, 1985
    02 /09
    Robert Combas, La fanfare du ragelade, 1985
    Les gosses ont leur premier frisson non pas devant une photo porno mais quand la fanfare arrive et entonne des airs réveilleurs et revigorants dans leur tête. Ils voient des batailles sans sang, les secousses de la grosse caisse claire leur massacrent la tête et les cymbales dorées leur serpentent les oreilles.  Acrylique sur toile - 167 x 216 cm
    © Adagp, Paris, 2012
  • Robert Combas, Sophie allongée et anthropomorphiée, 1997
    03 /09
    Robert Combas, Sophie allongée et anthropomorphiée, 1997
    Allongée sur une dune ensoleillée, elle regarde sûrement la mer qui est devant elle. Une tête d’homme prémonitoire sort de derrière quelques arbustes pour mater et contempler suivant le niveau de ses vices. Ciel bleu légèrement nuageux, ruisseau anthropomorphique, toile végétale, picturale et travaillée. Acrylique sur toile - 125 x 165 cm Collection Sophie Reynaud, Paris
    © Adagp, Paris, 2012
  • Robert Combas, Couple psychopatex, 1995
    04 /09
    Robert Combas, Couple psychopatex, 1995
    Masque dentier, pointe phallus, serpent vagin, saint soldat d’opéra. Le regard affûté, prêt à se mordre ou à s’embrasser. Acrylique sur toile - 135 x 135 cm Collection Sophie Reynaud, Paris
    © Adagp, Paris, 2012
  • Robert Combas, Le Calvaire façon Combas, 1991
    05 /09
    Robert Combas, Le Calvaire façon Combas, 1991
    Moi, sur cette toile, j’ai voulu prouver qu’on pouvait faire du bon, du vrai, de l’habité avec du sel et du sucre mélangés. Un peu comme si je faisais de la nouvelle cuisine. Voici du bon, du vrai, de l’habité, voici Jésus de Nazareth crucifié de la tête aux pieds entre deux brigands assassinés ! Acrylique sur toile - 450 x 407 cm
    © Adagp, Paris, 2012
  • Robert Combas, Madame Ripoix la femme statue à quatre jambes et Diégo le gitan violoniste, 1987
    06 /09
    Robert Combas, Madame Ripoix la femme statue à quatre jambes et Diégo le gitan violoniste, 1987
        Acrylique sur toile - 234 x 306 cm Collection Lambert en Avignon, Avignon
    © Adagp, Paris, 2012
  • Robert Combas, Greatest Hits du Monde Combas, 1986
    07 /09
    Robert Combas, Greatest Hits du Monde Combas, 1986
    Brègue en entrelard à gauche de la toile entre Jean-Louis Lamarche Lepen et Paulette Fragonard. En même temps qu’ils se roulent des pelles, Jean-Louis pratique une césarienne à Paulette avec une lance ayant servi à Delacroix pour peindre une bataille. Acrylique sur toile - 230 x 233 cm Collection Lambert en Avignon, Avignon
    © Adagp, Paris, 2012
  • Robert Combas, La vierge nouvelle, 2009
    08 /09
    Robert Combas, La vierge nouvelle, 2009
    Lumière de la nuit Vierge noire de minuit La clarté du sous-sol L’échange de la lune et du soleil   Technique mixte sur toile - 250 x 200 cm Collection Geneviève Boteilla, Paris
    © Adagp, Paris, 2012
  • Robert Combas en 2010 devant l'une de ses toiles
    09 /09
    Robert Combas en 2010 devant l'une de ses toiles
    Robert Combas en 2010 devant l'une de ses toiles
    © Photo Harald Gottschalk

Du 24 février au 15 juillet 2012, le Musée d'art contemporain de Lyon présente la première grande rétrospective consacrée à Robert Combas. L'exposition "Greatest hits" rassemble plus de 300 oeuvres des années 70 à aujourd'hui, sur 3000 m2. Deux étages du musée proposent un parcours chronologique et thématique, accompagné par la musique choisie par l'artiste. L'expo s'achève par la projection de ses toutes dernières créations : des "tableaux musicaux" mêlant compositions graphiques et sonores. 

Pendant deux mois, Robert Combas sera sur place, installé dans un atelier/studio d'enregistrement où seront créés en direct peintures et musique en totale improvisation. 

Voici quelques-unes des toiles présentées dans cette rétrospective. Les textes qui les accompagnent sont signés de l'artiste.