Restes de Cervantes : 5 sites localisés dans l'église des Trinitaires de Madrid

Par @Culturebox
Publié le 09/06/2014 à 18H17
Deux techniciens au couvent des Trinitaires, à Madrid, fin avril 2014, effectuent des recherches.

Deux techniciens au couvent des Trinitaires, à Madrid, fin avril 2014, effectuent des recherches.

© GERARD JULIEN GERARD JULIEN

Au moyen de caméras infrarouges et de scanners en 3D, les experts ont annoncé lundi avoir identifié cinq sites sous une petite église de Madrid où peuvent reposer les restes de Miguel de Cervantes. Né en 1547, dans la ville universitaire d'Alcala de Henares, il est considéré par beaucoup comme étant le "père du roman moderne" pour son oeuvre Don Quichotte, publiée en deux parties, en 1605 et 1615.

"C'est comme un patient qui va être opéré, les médecins doivent d'abord faire des radios", a expliqué l'anthropologue Francisco Etxeberria qui dirige l'équipe de chercheurs, au cours d'une conférence de presse. "Nous ne voulons pas créer de faux espoirs. Je ne sais pas si nous allons le trouver", a ajouté cet expert international.

Grâce aux clichés obtenus par un géo-radar et des caméras infrarouges, les chercheurs placent surtout leurs espoirs sur l'un des cinq lieux, situé dans la crypte de la petite église des Trinitaires, un bâtiment en briques rouges qui s'élève dans le centre historique de la capitale espagnole. C'est là qu'il ont localisé environ 30 cavités où pourraient se trouver les restes de Cervantes.
Eglise des Trinitaires à Madrid où fut enterré Cervantès en avril 1616

Eglise des Trinitaires à Madrid où fut enterré Cervantès en avril 1616

© GERARD JULIEN / AFP
Ce dernier, un des plus grands auteurs du Siècle d'or espagnol, est mort dans la pauvreté le 22 avril 1616, et a été enterré, le lendemain, selon les écrits de l'époque, dans cette église jouxtant un couvent, dont l'architecture a depuis été remaniée plusieurs fois. Près de quatre siècles après sa mort, l'emplacement exact de ses restes demeure inconnu. Des religieuses habitent toujours le couvent, qui fait partie de l'héritage culturel de Madrid depuis 1921, rendant difficile d'entamer des fouilles sans localisation précise.

"Nous parlons d'un personnage universel. Nous voulons faire les choses sans aucune précipitation, avec sérieux", a dit Francisco Etxeberria. La maire de Madrid, Ana Botella, a assuré que la mairie prendrait en charge les frais liés à cette nouvelle phase de recherches. Au moment de la présentation de l'opération fin avril, Fernando de Pardo, historien membre de l'équipe d'experts, avait estimé que le coût de l'ensemble du programme serait d'environ 100.000 euros.