Qui est donc Anatole France, l'auteur polémique du bac français 2016 ?

Par @Culturebox
Mis à jour le 17/06/2016 à 23H10, publié le 17/06/2016 à 18H24
Anatole France, l'écrivain qui a déchaîné les lycéens 

Anatole France, l'écrivain qui a déchaîné les lycéens 

Epreuve anticipée de français ce matin pour les élèves de Première. Parmi les textes proposés cette année, l'éloge funèbre d'Emile Zola prononcé par Anatole France en 1902. Le hic : pour certains lycéens, M. France était un parfait inconnu… Piqûre de rappel.

Stupeur et consternation ce matin chez les lycéens lors de l'épreuve anticipée de français. Parmi les auteurs au programme cette année, un parfait inconnu s'est glissé… Anatole France ! A la sortie de l'épreuve, sur les réseaux sociaux, les élèves des séries ES et S ont fait part de leur désarroi. Pour certains, les quatre heures de rédaction se sont résumées à ça…Après Victor Hugo  et Laurent Gaudé c'est donc au tour d'Anatole France de subir les foudres de la jeunesse qui, parfois, n'y va pas de main morte pour montrer son mécontentement (on vous laisse décrypter ce raccourci). 


Alors que certains se défoulent, d'autres s'interrogent.Pour éclairer cette élève, ses camarades et tous les curieux, faisons un petit saut dans le passé.

Anatole France (qui est bien un homme) naît en 1844 à Paris. Il hérite de son père la passion de la littérature et l'intérêt grandissant pour la Révolution française puisque ce dernier tient une librairie spécialisé du sujet dans la capitale. Homme de lettres, il s'illustre dans plusieurs genres : de la poésie jusqu'aux romans, en passant par le théâtre. On lui doit notamment "Les Dieux ont soif" dans lequel il critique la Terreur, période sanglante qui a suivi la Révolution et "L'île des Pingouins", roman satirique qui retrace l'histoire de France. Parallèlement, il est chroniqueur littéraire pour le quotidien Le Temps.

Un homme de lettres engagé

Affaire Dreyfus, colonisation, Première Guerre mondiale : Anatole France porte un regard critique sur les évènements qui bouleversent la Troisième République. Plus qu'un écrivain, un intellectuel qui n'hésite pas à prendre parti.
Lorsque Zola publie "J'accuse!" pour dénoncer la condamnation d'Alfred Dreyfus, Anatole France signe la pétition qui accompagne le texte, se rangeant ainsi parmi les défenseurs du capitaine. "Les peuples que nous méprisons pour leur barbarie ne nous connaissent encore que par nos crimes" écrit-il en 1904 dans les colonnes de l'Humanité, affichant son anti colonialisme. En 1919, avec le groupe Clarté, il signe un plaidoyer contre le traité de Versailles, lui qui est un pacifique favorable à la paix franco-allemande. Le journal, à la fondation duquel il a contribué avec Jean Jaurès, sert de caisse de résonances à ses combats.

Il meurt en 1924, un an après avoir reçu le prix de Nobel de Littérature pour l'ensemble de son œuvre. Aujourd'hui, 177 établissements français portent son nom.

C'est donc un écrivain impertinent et engagé que l'Education Nationale a voulu faire redécouvrir aux lycéens, avec peu de succès à en croire les réseaux sociaux. Mais attendons les résultats de l'épreuve pour nous faire un avis définitif sur la question.