Première Nuit de la lecture : plus de 250.000 participants à travers la France

Par @Culturebox
Mis à jour le 15/01/2017 à 15H16, publié le 15/01/2017 à 15H15
Photo sélectionnée pour le concours Nuit de la lecture

Photo sélectionnée pour le concours Nuit de la lecture

© DR

Plus de 250.000 personnes ont participé samedi soir le 14 janvier à la première édition de la Nuit de la lecture qui a donné lieu à près de 1.500 événements dans les bibliothèques et les librairies de France, a indiqué dimanche le ministère de la Culture.

La ministre Audrey Azoulay s'est félicitée dans un communiqué de la "réussite" de cette manifestation. "Créée à l'initiative du ministère de la  Culture et de la Communication, et pensée comme un moment de partage populaire, festif et fédérateur autour du livre, elle a rencontré dans les bibliothèques et les librairies un vif succès", accueillant un public "divers et nombreux", écrit-elle.

Mobilisés : 16.000 bibliothèques publiques et points d'accès à la lecture et 3.500 librairies

"Plus de 250.000 personnes" ont pu profiter des animations, lectures en pyjama, cafés littéraires, concerts ou déambulations insolites proposés dans des lieux ouverts jusque tard dans la nuit pour l'occasion", précise le ministère. La première Nuit de la lecture a mobilisé quelque 16.000 bibliothèques publiques et points d'accès à la lecture et 3.500 librairies.

A Paris, la Bibliothèque nationale de France, qui organisait en outre le samedi 14 et le dimanche 15 janvier des journées portes ouvertes sur son site Richelieu, son berceau historique en cours de rénovation, a accueilli 7.000 participants samedi soir, selon le ministère. Toujours dans la capitale, la Bibliothèque publique d'information a accueilli 1.700 personnes tandis que 4.200 personnes se sont pressées à la  bibliothèque de la Part-Dieu à Lyon et 5.000 à la bibliothèque Alexis de Tocqueville à Caen.

Des auteurs, conteurs, danseurs et acteurs ont également apporté leur concours à cette manifestation parrainée notamment par la lauréate du prix Goncourt 2016 Leïla Slimani, les écrivaines Véronique Ovaldé et Karine Tuil et encore le rappeur, écrivain et réalisateur Abd al Malik. "J'ai grandi dans le quartier du Neuhof à Strasbourg, et pour moi les livres, c'est ce qui m'a permis de sortir de la cité", a-il raconté : "Pour moi les écrivains, les auteurs, c'est comme des frères, des potes, et c'est par les mots qu'on peut rencontrer les autres, et qu'on peut se connaître soi-même".