"Moya et le carnet de desseins" : quarante-six ans de croquis et d'esquisses

Par @Culturebox
Mis à jour le 24/08/2016 à 11H31, publié le 24/08/2016 à 10H02
Patrick Moya se représente dans la majorité de ses oeuvres.

Patrick Moya se représente dans la majorité de ses oeuvres.

© capture d'écran France 3 / Culturebox

Après son autobiographie parue en 2015, voilà le dernier né de l’artiste Patrick Moya. "Moya et le carnet de desseins", un livre publié en juin 2016 qui réunit 46 ans d’esquisses et de croquis.

Si l’artiste niçois est un personnage haut en couleur, il a opté cette fois-ci pour des croquis noir sur fond blanc. "Moya et le carnet de desseins", est un recueil de ses exercices, de ses projets abandonnés. "Là ce sont des exercices, c’est un peu comme des vocalises. Là j’ai essayé de faire des pieds parce que c’est ce qu’il y a de plus difficile à faire donc je me suis entrainé un peu. Et ça c’était des projets pour des grosses têtes du carnaval de Nice", confie l’artiste en dévoilant son nouveau livre.

Un artiste hyperactif

Né en 1955 à Troyes, Patrick Moya vit et travaille actuellement à Nice. Reconnu internationalement depuis les années 80, l’artiste ne cesse de créer et de travailler de nouveaux supports. Sculptures, céramiques, livres, dessins, monde virtuel, il apporte sa touche artistique partout où il peut. Aujourd’hui, le dessinateur pourrait presque arrêter de travailler et reprendre tous ses projets abandonnés par le passé. "C’est notre troisième collaboration et nous avions l’idée depuis un an de regrouper une bonne partie de ses dessins parce que Moya dessine tous le temps, presque nuits et jours et il a des centaines de carnet de croquis" explique Michel Bonous, le directeur de la maison d’édition "Baies des Anges" qui a publié son nouveau livre.

Reportage : L. Baron / J. Soffer / P. Pauron

 

Un narcissisme obsessionnel

L’artiste le reconnait lui-même, il se sent obligé de se représenter dans ses œuvres. Moya par-ci, Moya par-là, il est partout. Lorsque ce n’est pas son nom qui apparait, c’est ce petit personnage chauve à lunette, croisement entre lui-même et Pinocchio. Un narcissisme que l’artiste assume pleinement. "Je suis un peu exhibitionniste parce que j’allais à la plage de Nice nu, je posais comme modèle nu également. Et puis j’ai eu un problème avec mon nom parce que mes parents se sont mariés quand j’avais 15 ans, lorsque je suis arrivé à Nice et donc j’ai changé de nom. Depuis cette époque j’ai eu cette obsession d’écrire mon nom partout", dévoile-t-il.

Une autre exposition de l’artiste est également en cours à la chapelle Saint-Michel de Saint-Etienne de Tinée pour la présentation de son dernier livre.