Martinique : lancement de l'année du centenaire Aimé Césaire

Par @Culturebox
Mis à jour le 23/01/2013 à 10H26, publié le 22/01/2013 à 19H42
Une photographie d'Aimé Césaire exposé à l'ancien réservoir de Trénelle, siège du Parti progressiste martiniquais (PPM) à l'inauguration de l'année du centenaire Aimé Césaire, le 21 janvier 2013

Une photographie d'Aimé Césaire exposé à l'ancien réservoir de Trénelle, siège du Parti progressiste martiniquais (PPM) à l'inauguration de l'année du centenaire Aimé Césaire, le 21 janvier 2013

© JEAN-MICHEL ANDRE / AFP

Le Parti progressiste martiniquais (PPM) a donné, lundi soir à Fort-de-France (Martinique), le coup d'envoi de l'"année du centenaire Aimé Césaire" en présence de nombreux militants, élus et sympathisants lors d'une manifestation empreinte de sobriété et de solennité.

Le siège du PPM comme un musée
L'ancien réservoir de Trénelle, siège du parti fondé en mars 1957 par Aimé Césaire, après sa "lettre à Maurice Thorez" et son départ du Parti communiste français, avait pris l'allure de musée pour la circonstance avec l'exposition de photos retraçant l'itinéraire politique et littéraire du poète martiniquais.
Là, Césaire avec De Gaulle, Malraux ou encore Mitterrand. Plus loin, Césaire avec Léopold Sédar Senghor, chantre avec lui du mouvement de la Négritude.
Le décor installé dans l'ancien réservoir de Trénelle, siège du parti progressiste martiniquais (PPM) pour le lancement de l'année du centenaire Aimé Césaire en Martinique, le 22 janvier 2013

Le décor installé dans l'ancien réservoir de Trénelle, siège du parti progressiste martiniquais (PPM) pour le lancement de l'année du centenaire Aimé Césaire en Martinique, le 22 janvier 2013

© JEAN-MICHEL ANDRE / AFP
Dans un décor végétal fait de fleurs de balisier (emblème du PPM), de conques de lambis (clin d'oeil à l'univers marin de la poésie de Césaire) et placés près d'un "tanbou bèlè", évocateur de rythmes et de musique martiniquaise, plusieurs ouvrages d'Aimé Césaire étaient exposés dont le célébrissime "Cahier d'un retour au pays natal".
Le "texte le plus magistral" du poète Césaire, affirme Serge Letchimy, président du PPM. "On ne peut pas être un militant du Parti progressiste si l'on n'a pas lu et relu, et sans s'être laissé pénétrer de la pensée de Césaire", a-t-il insisté devant plus d'une centaine d'invités au premier rang desquels de vieux compagnons de route du poète.
"Il ne s'agit pas d'un discours banal mais d'une grande fresque poétique avec son rythme, le rythme du tambour et de la danse africaine", a décrit le député martiniquais. "On y trouve tout. On y trouve les rites religieux d'Haïti, les rites religieux d'Afrique et d'ici", a ajouté le successeur d'Aimé Césaire à la mairie de Fort-de-France, qu'il dirigea pendant 56 ans.
Victor Tisserand, militant de la première heure du Parti progressiste martiniquais (PPM)

Victor Tisserand, militant de la première heure du Parti progressiste martiniquais (PPM)

© JEAN-MICHEL ANDRE / AFP
Témoignages
Joëlle Jules Rosette, secrétaire de Césaire (décédé le 17 avril 2008) durant ses sept dernières années de vie, a narré en détails le quotidien du poète: ses rencontres avec les jeunes de Martinique et d'ailleurs, avec des personnalités politiques françaises, de droite et de gauche. "Il y en avait plus de droite que de gauche", a-t-elle relevé, amusée. Elle a aussi évoqué les balades d'Aimé Césaire, les après-midi à travers l'île et ces "petits bouts de papiers dans ses poches" sur lequel "il pouvait écrire un poème" quand "il admirait un paysage".
Victor Tisserand, 85 ans, militant de la première heure, garde le souvenir intact des grands moments du parti. Et il n'a pas son pareil pour raconter, frissonnant d'émotion, comment Césaire a défendu auprès des militants les idées de "nation martiniquaise et d'émancipation de l'homme martiniquais débarrassé de toutes les aliénations".
Aimé Césaire évoque ses souvenirs
Rendez-vous
Plusieurs rendez-vous vont ponctuer cette année d'hommage. Serge Letchimy évoqué des manifestations dans l'enceinte de l'Assemblée nationale où Césaire fut député à partir de 1946 et pendant près de cinq décennies.
Le ministre des Outre-mer Victorin Lurel avait déjà annoncé que le prochain Salon du Livre à Paris serait l'occasion d'un hommage au grand homme. Césaire a déjà eu droit à un hommage solennel au Panthéon en 2011, année des outre-mer, trois ans après sa mort.
Sur ses terres antillaises, la 1ère biennale de l'art et le premier salon du livre de l'île lui seront tous deux dédiés. Le PPM entend aussi organiser un rendez-vous mensuel. Février permettra de découvrir le maire bâtisseur de Fort-de-France et la "fraternité politique" de Césaire et de Pierre Aliker, qui fut longtemps son premier adjoint à la mairie.