"Lol est aussi un palindrome": une prof du 93 publie les bons mots de ses élèves

Par @Culturebox
Mis à jour le 07/02/2015 à 12H16, publié le 07/02/2015 à 12H13
Mathilde Levesque et son livre, recueil des bons mots de ses élèves

Mathilde Levesque et son livre, recueil des bons mots de ses élèves

© Gwenael Bourdon / PhotoPQR / Le Parisien / MAXPPP

Professeur de français à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), Mathilde Levesque a décidé de publier les meilleures répliques de ses élèves pour montrer que, s'ils ne sont pas des as de l'orthographe, ils ne manquent par pour autant d'esprit et d'à-propos.

"Madame, si je vous envoie du désir par SMS, c'est de la 'textostérone' ?"  Dans "LOL est aussi un palindrome", sous-titré "Journal d'une prof au bord de la crise de rire", Mathilde Levesque, 31 ans, livre les meilleures phrases sorties de la bouche de ses élèves en recréant les dialogues de ses cours.
 
"- Qui me rappelle ce roi du XVIe siècle qui donna son nom à un grand lycée parisien ?   - Sciences Po !"
              
"Le postulat de départ c'était de montrer l'humour, l'à-propos", raconte à l'AFP cette pétillante agrégée de lettres modernes. "C'est pas des stars de la dissertation, l'orthographe c'est pas ça, la lecture bof, mais je voulais montrer que des gamins qui peuvent avoir des difficultés  scolaires sont aussi doués d'une réelle intelligence et d'autodérision."
              
Les phrases d'abord publiées sur Facebook
 
La genèse du livre, édité chez First à 4.000 exemplaires et en rupture de stock au bout de quatre jours, s'est faite dans la salle des profs du lycée Voillaume, un établissement réputé sensible d'Aulnay-sous-Bois où elle est prof depuis trois ans.
 
"Tout est parti d'une élève, celle-là c'était un puits sans fond. Quand je ressortais ses phrases, tout le monde était mort de rire alors j'ai commencé à faire plus attention", se souvient-elle. Les meilleures, elle les compile et les poste sur Facebook. Rapidement, des propositions pour être éditée arrivent.
 
"Vous voulez bien me définir le paradoxe ?  - Ben c'est genre : je mets un  short du Barça et un maillot du Real."
              
Prendre le contre-pied des clichés
 
Sport, sexualité, port du voile, super-héros, réseaux sociaux, littérature... Tous les sujets abordés par les élèves sont traités sans tabou. On y croise Phèdre, "la première cougar de l'histoire", Voltaire, "inventeur du volt et du siècle des Lumières", Cyrano de Bergerac, "qui ne fait rien, de peur que Roxanne lui rie au nez" ou encore Homère, "celui qui fait des donuts" comme le père Simpson.
              
"Je me disais que tout méritait d'être dit, particulièrement pour ces élèves-là. Si ça n'avait pas été dans le 93, je n'aurais pas eu de proposition. Ce livre, c'était aussi un moyen de prendre le contre-pied de clichés tenaces sur la Seine-Saint-Denis, ses cités et ses cas sociaux", dit Mathilde Levesque, qui a grandi dans un petit village des Charentes.
              
"Madame, ça veut dire quoi lugubre ?  - Sinistre, vous voyez ? - Ah oui.  Comme la France quoi."
              
Les élèves se sentent "un peu célèbres" aujourd'hui
 
"Il y a un décalage entre ce qu'on vit au quotidien et ce qu'on voit dans les médias. Les élèves le sentent. Le 93 est estampillé banlieue à problèmes, on nous prend toujours comme témoin", insiste-t-elle.
              
Par "pure coïncidence", elle estime que son ouvrage est arrivé au "bon moment", après les attentats du mois du janvier qui ont mis un "coup de projecteur" sur les élèves du département.
 
Quand il est sorti, les siens ont tous cherché dans la cinquantaine de répliques si l'une d'entre elles lui appartenait. "On est super fiers, c'est un accomplissement", dit Yanis, élève de première littéraire à Voillaume. "Pour une fois qu'on rigole avec nous et pas de nous !"
              
"Ca va nous permettre de garder un souvenir de nos cours de français avec Mme Levesque", renchérit sa camarade Noor, qui se sent "un peu célèbre" aujourd'hui.