Sélectionner votre région

  • area1
  • area2
  • area3
  • area4
  • area5
  • area6
  • area7
  • area8
  • area9
  • area10
  • area11
  • area12
  • area13
  • area14
  • area15
  • area16
  • area17
  • area18
  • area19
  • area20
  • area21
  • area22
  • area23
area1area2area3area4area5area6area7area8area9area10area11area12area13area14area15area16area17area18area19area20area21area22

Le MAC de Lyon rend hommage à John Cage dans une expo sonore inédite

Publié le 27/09/2012 à 10H05, mis à jour le 10/12/2012 à 15H16
John Cage, Los Angeles 1987

John Cage, Los Angeles 1987

© Betty Freeman
Après le grand succès de la rétrospective Robert Combas, qui a attiré plus de 97000 visiteurs, le Musée d'Art Contemporain de Lyon présente quatre nouvelles expositions, du 28 septembre au 30 décembre. La principale, intitulée "Cage's Satie : Composition for museum", est une expo essentiellement sonore consacrée à John Cage, le "pape" américain de la musique contemporaine, et à son admiration sans borne pour le compositeur français Erik Satie. Dans le même temps, le musée présente les oeuvres de trois artistes américains d'avant-garde, disciples ou amis de Cage, partageant avec lui la même approche conceptuelle et expérimentale de l'art.

A l'occasion du centenaire de la naissance de John Cage (1912-1992), le Musée d'Art Contemporain de Lyon a souhaité lui rendre hommage à travers la passion que l'artiste américain éprouvait pour Erik Satie, un compositeur qu'il considérait comme "indispensable" et qui a grandement influencé son oeuvre. Selon Thierry Raspail, le directeur du musée, "Cage a inventé Satie, comme on le dit lorsqu'on découvre un trésor". Il a largement contribué à le faire connaître outre-atlantique, grâce notamment à un concert mémorable, en septembre 1963 à New York, où il organisa la première exécution exhaustive des "Vexations", l'une des oeuvres les plus inouïes de Satie, par une dizaine de pianistes durant près de 19 heures ! 

Une expo à entendre

Pour évoquer l'admiration d'un musicien pour un autre, le musée a pris le parti de proposer une "expo qui s'écoute ou qui s'entend" plus qu'elle ne se voit. Aussi, les documents visuels sont très limités et le décor très zen, minimaliste, avec seulement des partitions et des manuscrits de Cage affichés au mur, ainsi que des projections de ballets de Merce Cunningham, dont Cage fut l'ami et le directeur musical pendant de nombreuses années. L'intérêt réside avant tout dans "la mise en son", avec la diffusion, au premier étage, de 12 morceaux de Cage, répartis de façon aléatoire dans l'espace. Des chaises longues sont à la disposition des visiteurs pour profiter au mieux de ce "concert" insolite.

Une scénographie très dépouillée
Une scénographie très dépouillée © Stéphanie Loeb

Des chaises longues devant un mur de partitions
Des chaises longues devant un mur de partitions © Stéphanie Loeb

Au deuxième étage, la scénographie est tout aussi dépouillée... On y découvre notamment la collection personnelle de John Cage de "souvenirs de Satie", ainsi que des oeuvres de Cage largement inspirées par le compositeur des "Gymnopédies". 

A découvrir également, en parallèle à cette expo : les oeuvres de trois artistes américains qui s'inscrivent dans la même lignée que Cage, à commencer par La Monte Young, un musicien qui a tenté d'inventer "une musique éternelle et immobile". Sa "Dream house" ou "maison des rêves" est une expérience sensorielle insolite : un espace de 500 m2 baigné de lumière violette, de musique et de vapeurs d'encens, dans lequel on se déchausse pour entrer. Avis aux nostalgiques des années 60 et de la mouvance hippie ! 

La "Dream house" de La Monte Young et Marian Zazeela, 1990
La "Dream house" de La Monte Young et Marian Zazeela, 1990 © Blaise Adilon

George Brecht, lui, a été l'élève de John Cage à la fin des années 50. Artiste d'avant-garde mais aussi chimiste, il s'intéressait, comme Cage, au thème du hasard et de l'aléatoire. Le musée présente quelques-unes de ses oeuvres, notamment ses "Chair Events", des associations poétiques de chaises et d'objets. 

Enfin, le MAC expose à l'extérieur deux oeuvres de Richard Buckminster Fuller, un architecte visionnaire et utopiste, ami de Cage. Créés dans les années 60, ses dômes en bois appartiennent désormais à la collection du musée.

Richard Buckminster Fuller, Bear Island Dome, 1965
Richard Buckminster Fuller, Bear Island Dome, 1965 © Stéphanie Loeb

Que retenir, au final, de ces nouvelles expo du MAC ? "Déroutantes" semble le terme adéquat car la musique et l'univers de Cage ne sont pas des plus accessibles. Les amateurs d'art conceptuel et de musique expérimentale seront comblés. Les autres resteront sans doute sur leur faim. On est en tout cas bien loin d'expos populaires et grand public comme celles consacrées à Combas, Warhol, Ben ou Keith Haring et qui ont fait un tabac au musée lyonnais ces dernières années. Le public sera-t-il tout de même emballé ? A voir... Réponse à la fin de l'année. 

 


 

Cage's Satie : Composition for museum 

George Brecht

La Monte Young et Marian Zazeela

Richard Buckminster Fuller

Au Musée d'Art Contemporain de Lyon

jusqu'au 30 décembre 2012