Le chroniqueur et écrivain Mehdi Meklat rattrapé par d'anciens tweets haineux écrits sous pseudonyme

Par @Culturebox
Mis à jour le 21/02/2017 à 12H48, publié le 21/02/2017 à 12H11
L'affaire a éclaté le lendemain du passage de Mehdi Meklat sur le plateau de "La Grande Librairie" sur France 5 le 16 février (photo), de nombreux internautes exhumant d'anciens tweets qu'il publiait  sous le pseudo de "Marcelin Deschamps".

L'affaire a éclaté le lendemain du passage de Mehdi Meklat sur le plateau de "La Grande Librairie" sur France 5 le 16 février (photo), de nombreux internautes exhumant d'anciens tweets qu'il publiait  sous le pseudo de "Marcelin Deschamps".

© Capture d'écran Culturebox

Le jeune chroniqueur Mehdi Meklat a présenté ses excuses après avoir été vivement mis en cause sur les réseaux sociaux pour d'anciens tweets misogynes, homophobes et antisémites, la Licra annonçant "avoir saisi la justice" pour ces messages "d'une radicalité inouïe".

L'affaire a éclaté le 17 février après le passage de Mehdi Meklat la veille sur le plateau de "La Grande Librairie" (France 5), de nombreux internautes exhumant d'anciens tweets qu'il publiait sous le pseudo de "Marcelin Deschamps".

"Les propos de ce personnage fictif ne représentent pas ma pensée" se défend Mehdi Meklat

"Regrette que Ben Laden soit mort. Il aurait pu tout faire péter", twittait-il le 8 juillet 2011. Le 3 décembre 2013 : "Vive les PD vive le sida avec Hollande". Le 10 avril 2014 "Pourquoi les juifs ont le droit de prendre le métro aussi?". Il a depuis supprimé tous ses tweets d'avant février 2017.

Mehdi Meklat s'est expliqué le 18 février sur Twitter : "Jusqu'en 2015, sous le pseudo Marcelin Deschamps, j'incarnais un personnage honteux raciste antisémite misogyne homophobe sur Twitter". "Les propos de ce personnage fictif ne représentent évidemment pas ma  pensée et en sont tout l'inverse". "Je m'excuse si ces tweets ont pu choquer  certains d'entre vous : ils sont obsolètes", a-t-il écrit. "Chacun jugera la crédibilité d'une telle défense au regard de la durée, de la violence et de la répétition des faits", a estimé la Licra dans un communiqué.

La journaliste Pascale Clark, qui avait confié une chronique sur France Inter pendant 5 ans à Meklat avec son partenaire Badroudine Saïd Abdallah, lui a apporté son soutien par un tweet samedi. Le chroniqueur expliquait déjà en 2015 s'être créé ce "double diabolique" sur Twitter.

En Une des "Inrocks" avec Christiane Taubira début février

Mehdi Meklat, 24 ans, qui a débuté adolescent sur le Bondy Blog et a publié deux romans, avait été qualifié avec son partenaire d'"enfants prodiges devenus poètes des ondes" par Le Monde en 2015. Les "Inrocks", dont il faisait la une début février avec Christiane Taubira, ont assuré le 20 février ne pas avoir eu connaissance de ces tweets.
"Minute", le deuxième livre de Mehdi et Badrou paru aux éditions du Seuil.

"Minute", le deuxième livre de Mehdi et Badrou paru aux éditions du Seuil.

© Seuil

"Les excuses qu'on attend de Mehdi Meklat à la suite de cette histoire (...) doivent explorer et éclaircir la part d'ombre qui sous-tend ses tweets  honteux", écrit son directeur Pierre Siankowski. Sur Facebook, Christiane Taubira a déclaré qu'il y avait "quelque chose à  purger" chez Mehdi Meklat. "Il ne peut résider dans un même esprit la beauté et la profondeur d'une telle littérature et la hideur de telles pensées", a estimé l'ancienne ministre.