James Ellroy invité vedette du festival America de littérature US

Par @Culturebox
Mis à jour le 07/09/2016 à 15H05, publié le 07/09/2016 à 15H00
James Ellroy en 2010

James Ellroy en 2010

© Ulf Andersen / Aurimages

James Ellroy, Stewart O'Nan, Laird Hunt, Jane Smiley... Vincennes va vibrer à l'heure américaine à partir de jeudi soir pour la 8e édition du Festival America des littératures américaines.

Une soixantaine d'auteurs américains sont invités au festival America des littératures américaines, qui commence deux mois juste avant la présidentielle américaine et se terminera dimanche, quinze ans, jour pour jour, après les attentats du 11 septembre.
 
Le bilan des années Obama, la violence et la libre circulation des armes à feu, la place des Noirs dans la société, le poids de la religion dans la vie politique sont autant de sujets qui seront abordés par les écrivains américains lors de "grands débats" ouverts au public.

Etre noir dans l'Amérique d'aujourd'hui

Deux auteurs afro-américains, Cynthia Bond, James McBride et le Jamaïcain Marlon James (lauréat du Man Booker Prize 2015) participeront dimanche à un débat sur "être noir dans l'Amérique d'aujourd'hui" et le mouvement Black Lives  Matter (les vies noires comptent). Ce mouvement est né après la mort de l'adolescent Trayvon Martin, abattu par un vigile en février 2012 alors qu'il était simplement sorti faire une course, et celle de Michael Brown, abattu en août 2014 à Ferguson dans le Missouri alors qu'il n'était pas armé.
 
Les écrivains Megan Abbott et Sergio De La Pava s'exprimeront quant à eux (le samedi) sur la façon dont sont perçus les Etats-Unis en Europe tandis que le 11-Septembre et ses conséquences seront évoqués (dimanche) par les écrivains Eddie Joyce, Ben Lerner, Colum McCann et Molly Prentiss.
 
Une des grandes vedettes du festival sera James Ellroy. L'auteur phare du roman noir donnera sa vision, sans doute sombre, de l'Amérique lors d'une rencontre avec le public prévue jeudi soir. L'écrivain interviendra de nouveau samedi pour parler de "Perfidia", le livre qui inaugure le second "Quatuor de Los Angeles".

Un hommage à Jim Harrison

Outre les questions politiques et de société qui agitent l'Amérique, le festival sera aussi l'occasion de s'intéresser à la riche littérature américaine. Une soirée hommage au grand romancier Jim Harrison, disparu en mars, est prévue vendredi soir. Le romancier Dan O'Brien, qui fut son ami, et son  traducteur Brice Matthieussent inviteront ses lecteurs orphelins à redécouvrir "Big Jim".
 
Des séances de lecture, des dédicaces, du cinéma et de la musique sont également au programme. On pourra découvrir vendredi San Francisco avec Alysia Abbott et arpenter New York samedi en compagnie de Christopher Bollen, Garth Risk Hallberg et Colum McCann.
 
Cinq ateliers d'écriture, animés par Jane Smiley, Tom Cooper, John D'Agata, James McBride et Bret Anthony Johnston permettront aux écrivains en herbe, à condition qu'ils soient parfaitement anglophones, de recevoir conseils et techniques pour écrire comme un vrai romancier américain.

Des joutes de traducteurs samedi et dimanche

Samedi et dimanche les festivaliers pourront assister à des joutes de traduction opposant deux traducteurs face à un texte écrit par un auteur invité. Ce sera l'occasion pour les spectateurs de savourer la complexité du passage d'une langue à l'autre, de comprendre les choix des traducteurs parmi la multitude des possibilités qui s'offrent à eux afin de rendre le texte traduit le plus fidèle possible à l'original.
 
Publié à l'occasion du festival, un livre rédigé par 52 écrivains américains et intitulé "Mon Amérique" permettra de découvrir leur propre vision des Etats-Unis. Le livre se présente sous forme de questions-réponses identiques (l'espace naturel préféré, la ville américaine la plus aimée, la  personnalité américaine la plus admirée, le livre, la chanson et le film préférés).