Helen Macdonald et Samar Yazbek, lauréates du prix du Meilleur livre étranger

Par @Culturebox
Publié le 29/11/2016 à 19H29
Helen Macdonald

Helen Macdonald

© JUSTIN TALLIS / AFP

La romancière britannique Helen Macdonald a reçu mardi le prix du meilleur livre étranger/Sofitel pour "M pour Mabel" (Fleuve) tandis que la Syrienne Samar Yazbek a été sacrée dans la catégorie essai pour "Les portes du néant" (Stock).

Fascinant et poignant roman, notamment salué par Barack Obama qui l'avait emmené en vacances avec lui cet été, "M pour Mabel" est un grand livre sur la fauconnerie (Mabel est une femelle autour, de la famille des faucons) mais aussi sur le deuil des êtres aimés et le deuil d'être aimé.
 
"Les portes du néant" est un formidable document sur l'enfer syrien, le dénuement de ses habitants et le sentiment d'abandon qui les habite. En exil en France depuis 2011, Samar Yazbek est revenue clandestinement en Syrie à trois reprises. Son livre est constitué de témoignages de Syriens pris en étau entre l'armée du régime de Bachar al-Assad et les jihadistes de Daech. Créé en 1948 par un groupe de directeurs littéraires de maisons d'édition, le prix du Meilleur livre étranger a été l'un des premiers à distinguer des ouvrages de littérature étrangère. Il est sponsorisé par Sofitel depuis 2011.
Samar Yazbek

Samar Yazbek

© ULF ANDERSEN / Aurimages

 
Son jury actuel se compose de Christine Jordis, Anne Freyer, Nathalie Crom, Joëlle Losfeld, Catherine Enjolet, Daniel Arsand, Manuel Carcassonne, Gérard de Cortanze, Jean-Claude Lebrun, Alexis Liebaert et Joël Schmidt. L'an dernier, le prix avait été décerné au Britannique Martin Amis pour "La zone d'intérêt" (Calmann-Lévy) et à l'Autrichien Christoph Ransmayr pour "Atlas d'un homme inquiet" (Albin Michel).