Frédéric Beigbeder : "Ressusciter "Lui", c'est pas de la provoc' !"

Par @Culturebox
Mis à jour le 05/09/2013 à 15H43, publié le 05/09/2013 à 15H35
Frédéric Beigbeder : "Lui 2013 se veut esthétique, intelligent et marrant"

Frédéric Beigbeder : "Lui 2013 se veut esthétique, intelligent et marrant"

© Julien DE FONTENAY/JDD/SIPA Julien DE FONTENAY/JDD/SIPA

Magazine culte des années 70, « Lui » revient dans les kiosques ce jeudi avec Frédéric Beigbeder comme directeur de la rédaction. Une résurrection qui s’appuie sur les fondamentaux du titre : de belles photos de très belles femmes, un esprit insolent et qui se veut intelligent. Reste à savoir si le « magazine de l’homme moderne » trouvera sa place dans un marché de la presse papier en crise.

Reportage : Jean-Marc Pitte, Nathalie Berthier, Yvon Bodin, Jean-Antoine Balcells, H. Cardon, Vincent Quemener
Un peu d’histoire moderne est nécessaire pour tous les lecteurs (et lectrices !) de moins de quarante ans, qui n’ont pas connu le terrible plaisir de transgression qui s’emparait des jeunes hommes (et femmes, j’insiste !) quand ils arrivaient à lorgner discrètement, si ce n’est sur le contenu, au moins la couverture de « Lui », chez le marchand de journaux ou sur le bureau d’un papa un peu distrait…
Le 1er numéro de Lui paru en novembre 1963

Le 1er numéro de Lui paru en novembre 1963

© Lui magazine
Un « Playboy » à la française

En novembre 1963, l’éditeur Daniel Filipacchi (qui n’était pas alors le géant de la presse qu’on connaît aujourd’hui) et Franck Ténot lancent « Lui » avec l’ambition d’en faire un « Palyboy » à la française. Les deux hommes venaient de l’époque yéyé où ils avaient créé le célèbre « Salut les copains ». Belles pin-up en pages centrales, stars en couverture et grandes signatures (romanciers, sociologues, politiques) : le succès est au rendez-vous jusqu’au début des années 80 à tel point qu’une version baptisée « Oui » sera lancée aux Etats-Unis.
Brigitte Bardit fait la couverture de Lui Magazine en septembre 1969

Brigitte Bardit fait la couverture de Lui Magazine en septembre 1969

© Lui magazine
Puis, le magazine commence à décliner pour disparaitre dans les années 90. Pas totalement car le titre « Lui » changera plusieurs fois de mains.
Lui tricolore en novembre 1985

Lui tricolore en novembre 1985

© Lui magazine
Au début des années 2000, il devient un magazine porno sou l’influence de son propriétaire, l’éditeur de presse masculine  Michel Birnbaum (Men’s Health, FHM). C’est finalement l’homme d’affaires Jean-Yves Le Fur qui a racheté le titre. Le monde de la presse ne lui est pas étranger puisque c’est lui qui a financé le magazine féminin « DS » et de « Numéro » dédié à la mode et au luxe. Quant à Frédéric Beigbeder en directeur de la rédaction, on se dit que le rôle va combler autant son côté people-pub que son côté esthète des lettres et romancier.
Pour la rédactrice en chef Yseult Williams (qui avait lancé avec succès « Grazia » voilà trois ans), « le plus gros challenge, c’est de transposer l’esprit libertaire de Lui des années 60 en 2013 ». Quant à Beigbeder, il résume l’évolution du magazine ainsi : « A l’origine, avec ses grandes signatures, Lui était un alibi culturel et intellectuel pour acheter des photo de femmes nues, aujourd'hui nous prônons le contraire, vu que côté femmes nues, il y en a partout". Soulagement : dans les foyers français, « Lui » pourra donc désormais s’afficher sans complexe sur la table basse du salon entre le catalogue Ikéa, L’Equipe et Elle !
 
« Lui » en kiosque le 4 septembre – 220 pages (dont 60 de pub) – 2,90 euros