Cédric Klapisch et Luc Besson au secours de l'automobile française

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 26/07/2012 à 14H14
Cédric Klapish et Luc Besson ont été sollicités par le ministre du Redressement Productif

Cédric Klapish et Luc Besson ont été sollicités par le ministre du Redressement Productif

© Gerardo Zavala / AFP

Le cinéaste Cédric Klapisch, choisi avec Luc Besson pour réaliser des publicités en faveur de l'automobile française, a estimé jeudi que "chaque emploi perdu crée un drame humain".

Les deux cinéastes vont réaliser des "publicités en faveur de l'automobile française", dans le cadre d'une "campagne de mise en valeur" du secteur, a annoncé mercredi le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg.

"Le gouvernement engagera une campagne de mise en valeur du "Made in  France", de l'automobile française et nous avons demandé, avec (la ministre de  la Culture) Aurélie Filippetti, à des cinéastes engagés de signer, grâce à leur rayonnement international, leur talent, les publicités en faveur de l'automobile française et du "fabriqué en France", a-t-il déclaré.

Klapisch "attristé"

Dans une tribune publiée par le Huffington Post, Cédric Klapisch s'xprime sur la situation actuelle et les annonces des plans de licenciement dans le secteur de l'automobile. "Je suis sans doute, comme tout le monde en France, juste attristé de voir un secteur en difficulté et des travailleurs mis à la porte de leur usine. On parle en ce moment de 8.000 personnes, si c'est le cas, ce serait vraiment catastrophique", déclare-t-il. "Ayant côtoyé de loin les "quelques" centaines de salariés de Total à Dunkerque qui ont été licenciés, je sais à quel point chaque emploi perdu crée un drame humain. Ce n'est pas juste une usine qui ferme ou un secteur industriel en perte de vitesse", selon le réalisateur.

Profiter des moments difficiles pour réagir radicalement

"J'attends donc de savoir ce que les constructeurs automobiles vont créer ou mettre en place pour savoir si je peux aider à en faire la publicité. Si effectivement ils profitent de la situation difficile pour enfin devenir audacieux et astucieux en matière d'écologie alors oui, je veux être là pour en faire la promotion", poursuit le cinéaste. "Pour moi c'est une évidence qu'il faut profiter des moments difficiles pour réagir radicalement", conclut-il.

Le ministre du Redressement productif a "remercié hier Luc Besson et Cédric Klapisch d'avoir accepté sa proposition. "Il y en aura d'autres", a ajouté le ministre.