Apollinaire, cet écrivain-dessinateur

Par @Culturebox
Publié le 16/11/2016 à 20H08
Guillaume Apollinaire en novembre 1913

Guillaume Apollinaire en novembre 1913

© Collection Yli / SIPA

Poète ou dessinateur ? Guillaume Apollinaire fut les deux bien sûr ! Pour s'en convaincre la publication de 150 fac-similés de lettres manuscrites et calligrammes de l'artiste montre comment l'auteur d'"Alcools" mêlait intimement écriture et arts visuels.

Les deux brouillons de "Lettre-Océan" reproduits dans le livre "Apollinaire, lettres, calligrammes, manuscrits", coédité par Textuel et la BnF (Bibliothèque nationale de France), sont à cet égard significatifs: formes circulaires et rayonnantes côtoient des éléments écrits. Il donne autant à voir qu'à lire. Publié pour la première fois en juin 1914, ce poème est considéré comme le premier "idéogramme lyrique" du poète.
 
L'ouvrage rassemble les premiers vers de collégien de celui qui s'appelle alors Wilhelm de Kostrowitzky et les œuvres novatrices du poète-combattant de la Grande guerre. L'ensemble, classé par ordre chronologique, est commenté par le Britannique Peter Read, l'un des meilleurs spécialistes d'Apollinaire. Parmi les œuvres reproduites pour la première fois, il y a la première version manuscrite de "Zone" (1912), poème-manifeste considéré comme "la matrice du modernisme" qui inspira notamment James Joyce ou Allen Ginsberg.
 

Une carte postale à Picasso


On trouve également reproduite pour la première fois en couleurs la carte postale d'un bleu éclatant adressé par le poète en novembre 1905 à son ami Picasso. Le seul message de cette carte est une première version de deux des poèmes emblématiques d'"Alcools": "Crépuscule" et "Saltimbanques".
 
Le livre  de 264 pages, vendu 55 euros, contient les ébauches, jamais reproduites également, de poèmes émouvants composés par Apollinaire lors de son incarcération à la prison de la Santé en 1911 après le vol de la Joconde.