“Blanche avait choisi la grande ville, celle-là même où j’étais né. Comme son père avant elle, elle avait voulu aller plus loin, là où personne ne la connaissait. Ici, la servante du curé ne nous épiait plus derrière le rideau de sa cuisine, les enfants des voisins ne me rudoyaient plus. L’odeur de renfermé qui me collait à la peau depuis tant d’années s’estompait. En se séparant de Mathieu Cavaignac, Blanche lui avait rendu son nom et avait repris celui de son père, qu’elle m’avait ensuite donné. Né sans nom, je renaissais pour la seconde fois.
Ce fut le commencement de Félix Ouvaroff.”
C. D.-L.

Etudes de tristesse 2x3 Acheter le livre sur Fnac.com