Etonnants Voyageurs : le Guinéen Libar Fofana récompensé

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 27/05/2012 à 13H38
L'écrivain guinéen Libar Fofana au Salon du livre de Paris en mars 2008

L'écrivain guinéen Libar Fofana au Salon du livre de Paris en mars 2008

© Baltel / SIPA

Le prix Ouest-France Etonnants Voyageurs a été attribué dimanche à Saint-Malo à l’écrivain guinéen Libar Fofana pour son roman « L’étrange rêve d’une femme inachevée » (Gallimard)

Il a été décerné au second tour par un jury de dix lecteurs âgés de 15 à 20 ans parmi une sélection  d'une dizaine de titres. Ce prix organisé dans le cadre du festival Etonnants  voyageurs est doté de 10.000 euros et accompagné d'une campagne de promotion dans le quotidien Ouest-France.

Dans "L'étrange rêve d'une femme inachevée", Libar Fofana donne naissance à deux soeurs siamoises. L'une est belle et l'autre diaboliquement intelligente. Une fable tragique qui sonde la force émancipatrice de l'esprit lorsque le corps est enchaîné.

L'écrivaine Carole Martinez ("Le Coeur cousu", "Du domaine des murmures") a lu un extrait du roman, un moment très émouvant.

"C'est une grande surprise", a dit Libar Fofana, car "j'étais finaliste malheureux il y a deux ans".

Né en 1959 en Guinée Conakry, l'auteur de "L'étrange rêve d'une femme inachevée" a été contraint de quitter son  pays à l'âge de 17 ans après l'arrestation de son père. Il vit en France depuis 1984.

Marie-Claire Bancquart prix Robert Ganzo de poésie
Le Prix Robert Ganzo (1898-1995) de poésie a par ailleurs été décerné à  Marie-Claire Bancquart, auteure d'une vingtaine de recueils de poèmes, ainsi que de romans et d'essais.

Spécialiste de la littérature de la Belle Époque, membre du jury du prix Apollinaire, Marie-Claire Bancquart a publié son premier recueil en 1969. Sa dernière œuvre poétique, "Violente vie", est publiée au  Castor Astral.

Le prix Robert Ganzo, doté de 10.000 euros, distingue l'auteur d'un livre de poésie d'expression française "en prise avec le mouvement du monde, loin du  champ clos des laboratoires formalistes et des affèteries post-modernes".

John Vaillant et Jean Rolin primés
Doté d'une bourse de 5.000 euros, le prix Nicolas Bouvier a été attribué au  journaliste et écrivain américain John Vaillant pour son récit "Le tigre, une histoire de survie dans la taïga", publié aux éditions Noir sur Blanc. Il y  évoque la traque du tigre blanc en Russie orientale.

Ce prix créé en 2007 couronne l'auteur d'un récit, d'un roman, de  nouvelles, dont le style est soutenu par les envies de l'ailleurs, à la  rencontre du monde, dans l'esprit de Nicolas Bouvier, qui veilla passionnément  sur le Festival Etonnants Voyageurs depuis les débuts jusqu'à son décès en 1998.

Quant au prix Gens de mer, il a été attribué à Jean Rolin "pour l'ensemble de son oeuvre littéraire à caractère maritime », à l'occasion de la sortie de "Vu sur la  Mer", aux éditions de la Table Ronde, a souligné le jury.

Le Grand Prix de l'Imaginaire, roman francophone a été décerné à Roland C. Wagner pour "Rêves de Gloire" (L'Atalante) et le Prix spécial aux éditions José Corti.

Samedi, Rithy Panh et Christophe Bataille avaient reçu le prix Joseph Kessel pour "L'Elimination" (Grasset).