Tobie Nathan prix Femina de l'essai pour "Ethno-roman", un livre sur sa vie

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 05/11/2012 à 18H43
Tobie Nathan prix Fémina de l'essai pour "Ethno-Roman" (Grasset)

Tobie Nathan prix Fémina de l'essai pour "Ethno-Roman" (Grasset)

© Laurence Houot/ Culturebox

Tobie Nathan, couronné lundi par le Femina de l'essai pour son livre "Ethno-roman" (Grasset), y retrace son parcours exceptionnel de pionnier de l'ethnopsychiatrie et sa vie, de son enfance égyptienne à son émigration en Italie, puis en France, en 1958.

Cette autobiographie intellectuelle, c'est le roman d'une belle vie. Universitaire, ethnologue, diplomate, Tobie Nathan est né en 1948 au Caire, au sein d'une vieille famille juive égyptienne. "Dans ce livre, je raconte l'histoire des mondes qui m'ont traversé, mon arrivée en France à l'âge de dix ans, mes rencontres, mes études et l'aventure de l'ethnopsychiatrie", a confié lundi le lauréat.

"Je me souviens du scandale provoqué par mes premières consultations d'ethnopsychiatrie dans les années 1979-1980. Vouloir analyser les patients en les inscrivant dans leur contexte culturel, cela choquait", rappelle-t-il. "La sorcellerie, les djinns, les chamans, la magie, les marabouts, cela paraissait archaïque", poursuit Tobie Nathan, aujourd'hui à la retraite, mais qui supervise toujours son équipe au Centre Georges Devereux à Paris, qu'il a fondé en 1993.

L'ethnopsychiatrie ou comment tenir compte de la culture des patients

Dès son enfance égyptienne, le petit Tobie entretient une complicité avec les mythes, les légendes et la "pensée magique", qui "reste l'ADN le plus fiable de la nature humaine", dit-il. "Je voulais attirer l'attention sur les différentes façons d'être malade et sur les différentes façons d'être soigné, ne pas demander aux personnes en souffrance de s'adapter à notre médecine mais prendre en compte leur culture", explique-t-il. Cette approche l'a conduit très tôt vers l'ethnopsychiatrie de Georges Devereux, un freudien "hérétique". "Il a été mon maître mais c'était un étrange bonhomme!" sourit-il. C'est toute cette aventure que Tobie Nathan raconte dans "Ethno-roman". Le voici à la Sorbonne en 1968, dans les services psychiatriques où il officie, dans son Egypte natale, chez les devins d'Afrique et... les dîners d'ambassade. Car Tobie Nathan a aussi été conseiller culturel en Israël et en Guinée, après avoir collaboré au Centre de consultations ethnopsychiatriques de l'hôpital Avicenne de Bobigny, en banlieue parisienne.

Il a publié de nombreux ouvrages, dont "La nouvelle interprétation des rêves" ou "Psychanalyse païenne". Cet homme multiple est également auteur de romans policiers.