"Rue des Syriens", de Raphaël Confiant

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 24/04/2012 à 15H03
Raphaël Confiant, auteur de "Rue des Syriens"

Raphaël Confiant, auteur de "Rue des Syriens"

© DR

Dans son dernier livre, le romancier martiniquais Raphaël Confiant relate la saga des Syro-libanais en Martinique.

Le synopsis : À la fin du XIXe siècle, des centaines de milliers d’habitants issus des pays du Levant – Syrie, Palestine, Liban et Jordanie – émigrèrent en Amérique du Sud et dans l’archipel des Antilles. Ils furent désignés sous le nom générique de « Syriens ». Wadi est l’un d’eux. Quand il débarque à Fort-de-France dans les années 1920, le dépaysement est total. Il est à la recherche de son oncle Bachar, qui l’a précédé en Martinique au début du siècle. Wadi a tout à construire dans ce nouveau pays où il va vivre de multiples aventures et croiser de nombreux personnages : Fanotte la superbe et fantasque revendeuse, Bec-en-Or le crieur de magasin, Ti Momo le fier-à-bras amateur de combats de coqs, des maîtres en sorcellerie, un boutiquier chinois, un prêtre hindou, et bien d’autres encore, caractéristiques du melting-pot antillais…

Avec "Rue des Syriens", Raphaël Confiant poursuit son décryptage sociologique et culturel de l’histoire de la Martinique. Auteur prolixe, avec une soixantaine de livres, écrits en français et en créole (romans, essais, traductions de l’anglais), Confiant excelle dans l’art de restituer avec saveur la trace des innombrables apports qui ont forgé l’identité composite de son île.

Dans ses ouvrages, l’auteur s’est toujours attaché à l’exploration minutieuse, mais aussi truculente et ludique, des itinéraires multiples à l’origine de la société martiniquaise : hommes et femmes venus d’Afrique, d’Europe, de Chine et d’Inde, du Moyen-Orient, voisins sud-américains, autochtones amérindiens et des îles environnantes.

Petit peuple bigarré

Fin connaisseur de la Martinique, dont il connaît les moindres recoins (dans son enfance, le romancier a habité non loin de ladite "rue des Syriens"), Raphaël Confiant est également un linguiste chevronné qui possède une rare connaissance de la langue créole. Il est d’ailleurs l’auteur de plusieurs ouvrages de référence dans ce domaine, dont un remarqué "Dictionnaire martiniquais – français" (éditions Ibis Rouge). Cette maîtrise du créole et de tout le patrimoine historique qu’il véhicule aux Antilles, par les devinettes, les proverbes, les contes, les locutions, etc., lui a permis notamment de puiser à la source de la "psyché" populaire martiniquaise.

C’est ainsi que l’on retrouve dans "Rue des Syriens", comme dans la plupart de ses romans, le petit peuple bigarré qu’affectionne Confiant : les djobeurs (travailleurs et tâcherons précaires), quimboiseurs (sorciers locaux), vendeurs à la criée, marchandes, arnaqueurs et voyous, prostituées, et autres margoulins…

"Rue des Syriens", de Raphaël Confiant (éditions Mercure de France) 22,20 euros