"Les Ages de la vie" vus par Axel Kahn et l'historien d'art Yvan Brohard

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 23/09/2012 à 12H04
Les âges de la vie, Axel Kahn et Yvan Brohard, La Martinière

Les âges de la vie, Axel Kahn et Yvan Brohard, La Martinière

© Martin Bureau / AFP

Le temps qui passe et les conséquences de l’âge : l'homme est le seul à en avoir conscience. Axel Kahn entreprend décortique ce processus, en confrontant la vision qu'en donnent les mythes et les arts et le regard moderne des sciences.

Le corps se transforme de l'enfance à l'adolescence, à l'âge adulte, jusqu'à la vieillesse et ses outrages, avant la mort. "Les âges de la vie humaine ont ceci de particulier qu'ils sont associés à des transformations profondes du corps", explique Axel Kahn. L'Homme "a une claire conscience" des modifications de son corps au cours de sa vie, il en est  "un spectateur, un analyste", souligne-t-il.

Des oeuvres classiques côtoient des photographies contemporaines

Dans cet ouvrage construit autour de la réflexion du généticien, l'historien de l'art Yvan Brohard croise les textes avec une sélection d'iconographies en provenance des plus grands musées internationaux.

Le livre confronte des images modernes et classiques : photographie de Patrick de Wilde, à gauche, et peinture de Gustav Kilmt "Espoir", à droite

Le livre confronte des images modernes et classiques : photographie de Patrick de Wilde, à gauche, et peinture de Gustav Kilmt "Espoir", à droite

© La Martinière
Le livre s'attache à rapprocher "des oeuvres qu'on ne voit pas habituellement ensemble", précise Yvan Brohard : un "jeune gaucho" argentin photographié par Patrick de Wilde fait face au "Ranuccio Farnèse" de Titien; "Paul III" du même peintre rencontre une "femme-devin" swazi immortalisée par François Guénet...

Aujourd'hui, l'image du vieux sage a largement été remplacée par l'image du vieux fou"

Deux âges de la vie retiennent en particulier l'attention, dont l'adolescence, un "concept extrêmement moderne", souligne Axel Kahn. C'est le "seul vrai âge de la vie où le corps et l'esprit se transforment profondément chez un être profondément conscient de cette transformation", relève-t-il.

La vieillesse aussi, et ses paradoxes. "Notre société est schizophrène",  estime le scientifique: les personnes âgées n'ont jamais été aussi nombreuses et pourtant leur rôle "n'a jamais été aussi mince". " Axel Kahn souligne que "Le vieillissement est l'âge de l'inégalité absolue telle qu'elle a progressé, opposant l'image des vieux d'un pays pauvre, usés dès 60 ans, à celle des seniors au brushing "de grand-mères gâteaux qui n'ont pas renoncé à séduire", d'un pays prospère."

Les Ages de la vie
Axel Kahn et Yvan Brohard
Editions de La Martinière
240 pages, 39

Parution le 27 septembre