"Le mystère Tintin" : les raisons d'un succès universel dévoilées dans un livre

Par @Culturebox
Mis à jour le 29/04/2016 à 12H57, publié le 29/04/2016 à 12H52
livre tintin © Les Impressions Nouvelles

Plus de 30 ans après la mort d'Hergé, Tintin suscite toujours le même engouement dans le monde entier. Dans son livre "Le mystère Tintin", Renaud Nattiez tente d'expliquer les raisons de ce succès universel en décortiquant les différents albums. Ce week-end, une planche originale d'Hergé appartenant au chanteur Renaud sera vendue aux enchères, sans doute à prix d'or.

"Je vous assure que je ne comprendrai jamais le succès de Tintin. Pour moi, il doit y avoir, au départ, un malentendu" déclarait Hergé. Et pourtant, 40 ans après la parution du dernier album achevé ("Tintin et les Picaros" en 1976), les aventures du jeune reporter globe-trotter ont toujours autant de succès : les albums sont encore vendus à près d'un million d'exemplaires par an. 

Un phénomène d'autant plus incroyable que, contrairement à d'autres bandes dessinées comme Astérix ou Blake et Mortimer, il n'y a plus de nouvelles publications : Hergé avait clairement exprimé sa volonté qu'il n'y ait plus de Tintin après sa mort. 

Reportage : Pierre-Erik Cally et Franck Farrugia

 

De 7 à 77 ans

Renaud Nattiez -énarque, docteur en économie, diplomate et haut-fonctionnaire- a donc tenté de décrypter les raisons de cette ferveur planétaire jamais démentie depuis 1929. Selon lui, elles tiennent à plusieurs facteurs parmi lesquels la facilité pour chaque lecteur de s'identifier au héros. Les histoires de Tintin peuvent se lire à plusieurs niveaux, que l'on ait 7 ou 77 ans ! L'auteur, lui, avait 5 ans lorsqu'il a découvert Tintin, avant même de savoir lire. Depuis, il n'a cessé de relire chaque album jusqu'à 500 ou 1000 fois, en y trouvant à chaque fois quelque chose de nouveau. Son ouvrage est le fruit de quatre ans de travail. 
 

Des planches qui valent de l'or

Si les albums de Tintin continuent à s'arracher, les dessins originaux d'Hergé se vendent à prix d'or aux enchères. En octobre dernier, une double planche du "Sceptre d'Ottokar" a ainsi été cédée pour 1,56 millions d'euros chez Sotheby's à Paris. Le record absolu date de 2014 : les pages de garde des albums de Tintin ont trouvé preneur à 2,6 millions d'euros. 

Les prix risquent encore de s'envoler ce samedi lors de la vente organisée à Paris chez Artcurial. Le chanteur Renaud disperse une partie de sa collection personnelle, notamment une double planche de la dernière page du "Sceptre d'Ottokar", publié en 1939.
 

Une partie de la double planche vendue aux enchères chez Artcurial

Une partie de la double planche vendue aux enchères chez Artcurial

© Hergé/Moulinsart

Eric Leroy, expert en bande dessinée de la maison de ventes Artcurial, se réjouit déjà : selon lui, quatre ou cinq collectionneurs vont se battre pour acquérir ce trésor, estimé entre 600 000 et 800 000 euros. "Ce qui fait  la force de Tintin dans la vente aux enchères" explique-t-il, "c'est cet imaginaire présent dans les têtes depuis 1929. On est né avec les images de Tintin et on mourra avec des images de Tintin." 

Voilà donc l'une des raisons de l'incroyable succès de Tintin : il fait partie de notre vie et nous accompagne depuis l'enfance. Pour Renaud Nattiez, il donne même du sens à notre existence. 
 

Contrairement au monde réel dont le sens et la fin ne nous apparaissent pas d'une clarté aveuglante, le monde de Tintin a un sens, chaque album nous proposant un objectif et un dénouement. L'immersion dans cet univers donne sens à notre propre vie, chaque relecture contribuant à une sorte d'apaisement : tout se passe comme si, en relisant un album, on refaisait le chemin qui mène à la découverte de la pierre philosophale.

Renaud Nattiez
"Le mystère Tintin", page 147


Lira-t-on toujours les albums d'Hergé dans un siècle ou deux, comme on lit encore Racine ou Stendhal ? Là, le mystère Tintin reste entier.


Le mystère Tintin, les raisons d'un succès universel
de Renaud Nattiez 
Les Impressions Nouvelles 
357 pages, 22 euros