De Giscard à Hollande, la journaliste Christine Clerc a vu "cinq présidents faire naufrage"

Par @Culturebox
Mis à jour le 13/03/2017 à 11H41, publié le 13/03/2017 à 11H34
Christine Clerc était l'invitée du 19/20 de France 3 Paris-Ile-de-France ce dimanche 12 mars.

Christine Clerc était l'invitée du 19/20 de France 3 Paris-Ile-de-France ce dimanche 12 mars.

© France 3 / Culturebox

C’est un livre qui tombe à pic. Alors que la campagne présidentielle bat son plein, l’éditorialiste et grand reporter Christine Clerc sort un livre plein d’enseignements. "J’ai vu cinq présidents faire naufrage" (Robert Laffont) relate 40 années de la vie politique française. De l’ascension des candidats à leur chute. L’auteur était ce dimanche l’invitée du 19/20 sur France 3 Paris-Ile-de-France.

Une mémoire vivante de la politique française. Depuis plus de quarante ans, la journaliste Christine Clerc travaille pour les plus grands quotidiens et magazines, de L’Express au Point en passant par le Figaro ou la presse régionale comme le Télégramme et Midi Libre. Quatre décennies d’observation du microcosme politique durant lesquelles elle a suivi les candidats en campagne d’abord, puis après leur élection à la fonction suprême. Et pour elle le schéma est toujours le même : après l’optimisme et les espoirs suscités par la campagne, après l’état de grâce qui ne dure que quelques mois vient la disgrâce, en général au bout de deux ans.

La malédiction des deux ans 

Ce fut le cas pour Giscard lâché par sa majorité, pour Mitterrand qui après avoir été élu sur un programme social avait dû mettre en place un plan de rigueur, pour Chirac poussé à la dissolution, pour Sarkozy dépassé par ses promesses et enfin pour François Hollande qui selon elle, n’a pas su endosser la fonction présidentielle.
Photo livre Christine Clerc © France 3 / Culturebox
Ces portraits extrêmement précis faits d’anecdotes et de confidences, Christine Clerc a pu les esquisser grâce aux relations de confiance qui existaient alors entre la presse et les élus. Pendant les déplacements en Province ou à l’étranger ou les soirs de défaite, les candidats pouvaient dévoiler leur fragilité. Une situation qui a bien changé : "Aujourd’hui, il y a 150 caméras, des correspondants étrangers et des micros partout et ça passe tout de suite sur internet."

"J'ai vu cinq présidents faire naufrage" de Christine Clerc aux éditions Robert Laffont. 330 pages, 21 euros.