L'Institut de France attaque en diffamation l'éditeur de "Coupole et dépendances"

Par @Culturebox
Mis à jour le 13/02/2014 à 13H21, publié le 13/02/2014 à 13H15
Membre de l'Académie Française dans son habit vert, à l'Institut de France

Membre de l'Académie Française dans son habit vert, à l'Institut de France

© FRANCOIS GUILLOT / AFP

L'Institut de France a décidé de déposer plainte pour diffamation contre les éditions du Moment à la suite de la parution jeudi du livre "Coupole et dépendances" de Daniel Garcia, qui épingle la gestion de l'Institut.

L'Institut de France "décide de porter plainte pour diffamation", a-t-il annoncé dans un communiqué. L'institution "entend s'élever contre toutes les allégations de mauvaise gestion, voire de fraude et demande à la justice de réparer l'immense préjudice qui lui est causé en tant que personne morale, et également à son chancelier (Gabriel de Broglie, ndlr), à ses membres et à ses collaborateurs", poursuit l'Institut, qui précise avoir pris comme conseil Me Jean-Pierre Mignard, avocat au barreau de Paris.

Réagissant jeudi à cette annonce, Daniel Garcia assure: "je maintiens tout ce que j'énonce et dénonce dans mon ouvrage: que le patrimoine pharaonique de l'Institut et des académies, dont je livre pour la première fois une esquisse assez précise, est très mal géré et que cette mauvaise gestion pose des questions importantes".
Coupole et dépendances
Audit de la Cour des Comptes

Un audit de la Cour des Comptes est en cours à l'Institut de France qui comprend l'Académie française, l'Académie des sciences, celles des Beaux-Arts, des Inscriptions et Belles lettres et des Sciences morales et politiques. "Chacune de ces institutions s'administre librement, avec une autonomie de gestion", avait précisé le 7 février Leticia Petri, directrice des services administratifs de l'Institut de France, situé Quai de Conti.

"Je n'ai fait, dans cet ouvrage, que soulever un coin du voile. Mon sujet était l'Académie française. Pas l'Institut. N'importe quel lecteur de "Coupole et dépendances" pourra d'ailleurs s'apercevoir qu'il ne s'agit en aucun cas d'un livre à charge, ni d'une attaque gratuite contre cette institution", affirme Daniel Garcia.

"Et je n'ai que des paroles louangeuses pour Pierre Messmer, le prédécesseur de Gabriel de Broglie au poste de chancelier". La procédure judiciaire de l'Institut "permettra peut-être d'éclairer certains points que j'épingle dans mon livre", poursuit-il.