Charlie Hebdo : le kiosquier de Cabu et Wolinski raconte son 7 janvier

Par @Culturebox
Mis à jour le 08/01/2016 à 16H38, publié le 08/01/2016 à 16H25
Patrick Deschamps et Anaïs Ginori

Patrick Deschamps et Anaïs Ginori

© France 3 / Culturebox

Kiosquier dans le 6e arrondissement de Paris, Patrick Deschamps est au cœur du livre de la journaliste italienne Anaïs Ginori (Editions Equateurs). Le 7 janvier 2015, cet homme de 68 ans a croisé le chemin de Cabu et Wolinski qui étaient ses fidèles clients mais aussi, et c’est le plus incroyable, celui des frères Kouachi qui l’ont braqué alors qu'ils commençaient leur folle cavale.

Parmi tous les livres -et ils sont nombreux- qui sortent à l’occasion de ce triste anniversaire des attentats contre Charlie Hebdo, celui d’Anaïs Ginori offre un angle original en racontant ces événements à travers le regard d’un homme qui n’a pourtant pas défrayé la chronique.

Patrick Deschamps est marchand de presse depuis de nombreuses années. Son kiosque est installé dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés. Chaque jour, Cabu et Wolinski venaient acheter chez lui leurs journaux. Le 7 janvier 2015, il a été un des derniers à les voir vivants. Mais aussi l’un des premiers à croiser les frères Kouachi. Les deux terroristes l’ont braqué pour récupérer sa voiture avant de prendre la fuite pour une cavale qui allaient les emmener jusqu’à l’imprimerie de Dammartin-en-Goële en Seine-et-Marne où ils furent tués durant l'assaut du 9 janvier.

Correspondante à Paris depuis deux ans et demi pour le quotidien La Repubblica, Anaïs Ginori a été l’une des premières journalistes à arriver rue Nicolas Appert, son bureau étant lui aussi situé dans le XIe arrondissement.

Reportage : G. Dolz / S. Guibout / E. Brouillard / D. Fuchs
Dans  "Le kiosquier de Charlie", Anaïs Ginori relate l’histoire de Patrick Deschamps mais aussi celle de Michel Catalano, le patron de l’imprimerie CTD de Dammartin-en-Goële où les deux terroristes se sont réfugiés après leur cavale (pour l’émission Complément d’enquête sur France 2, il a raconté son face-à-face avec les frères Kouachi).

Le livre d'Anaïs Ginori est aussi l’occasion de revenir sur l’histoire de la presse parisienne et de voir comment les survivants de Charlie Hebdo ont réussi à reprendre leurs plumes et leurs crayons après le drame.
 
"Le kiosquier de Charlie" d'Anaïs Ginori
Editions Les Équateurs, 182 p, 15 €