Chanteurs, fermez-là ! ou l’histoire de 100 chansons censurées

Par @Culturebox
Mis à jour le 04/11/2014 à 18H26, publié le 04/11/2014 à 18H17
"Cent chansons censurées" de Emmanuel Pierrat et Aurélie Sfaez

"Cent chansons censurées" de Emmanuel Pierrat et Aurélie Sfaez

© Leçons d’observation de Daniel Picouly Hoëbecke / France 3

Avec ce livre "100 chansons censurées", Emmanuel Pierrat et Aurélie Sfez dressent un catalogue hélas non-exhaustif de 100 chansons connues et archiconnues d’hier et d’aujourd’hui qui, toutes, ont eu à connaitre les ciseaux castrateurs et impitoyables de la censure. Mais, bien fait pour elle, elles sont devenues des succès souvent planétaires à jamais dans l'Histoire !

"Et puisque d’autres mains sur ton corps impudique / Sont venues prendre place où mes doigts ont couru". Pour ces paroles de "Je veux te dire adieu", Gilbert Bécaud est interdit d’antenne en 1954.
Je veux te dire adieu Gilbert Bécaud (1954)
Pour avoir écrit – et chanté "On l’a trouvée hier soir derrière la porte de bois / Avec une passoire se donnant de la joie", Charles Trenet en 1951 est privé de radio. Tout comme Michel Polnareff en 1966 avec "L’Amour avec toi", un an après les Stones et "Satisfaction" (I can’t get no)… Les censeurs n’aiment pas que l’on parle d’amour. Surtout quand il s'agit de le faire.
"L'amour avec toi" Michel Polnareff (1966)

"L'amour avec toi" Michel Polnareff (1966)

© Leçons d’observation de Daniel Picouly Hoëbecke / France 3
Pas de guerre non plus sauf pour en dire du bien. Mais qui dit du bien de la guerre? Personne. Les artistes combattent la guerre. En 1954, sort dans les bacs, comme on ne disait pas encore, "Le déserteur" de Boris Vian. La Sacem demandera une version "édulcorée". Vian refuse, Mouloudji accepte. Il chantera cette chanson dans ses récitals et à Europe N°1, pas sur les antennes de la RTF.
La censure militaire n’attendra pas les années 50, la guerre d’Indochine puis d’Algérie pour se montrer intraitable. Déjà en 1915, les Poilus qui ont composé l’inoubliable "Chanson de Craonne" mettent le feu au poudre de l’état-major : Attention, alerte : mise en danger du moral des troupes ! Trop de référence à la tradition révolutionnaire de 1789, de la Commune ou à la révolution russe en préparation. Soldats, ne chantez pas !
La chanson de Craonne
Antoine avec "La guerre" ou "Pourquoi ces canons" ou Maxime le Forestier avec "Parachutiste" ne sont pas au hit-parade des casernes. S'ils sont dans celui des censeurs, c'est pour être interdit. Vite fait ! Ils ne sont pourtant que dans le mouvement mondial de protest-song lié à la guerre du Vietnam. Et bien que privés d'antenne, leurs titres circulent et deviennent des succès incontournables. Chanteurs 1 - Censure 0 .
"Parachutiste" Maxime Le Forestier (1971)

"Parachutiste" Maxime Le Forestier (1971)

© Leçons d’observation de Daniel Picouly Hoëbecke / France 3
Mais ce qui est vrai en France l’est aussi ailleurs comme en Angleterre où la chanson des Wings (Paul Mc Cartney et sa femme Linda), révoltés par les affrontements en Irlande sortent "Give Ireland back to Irish" ("Rendez l’Irlande aux Irlandais"). Interdite d’antenne. Ce qui ne l’empêchera pas de se retrouver en bonne position dans les charts . Et s’il lui arrive après de passer sur une antenne, ce sera sous le simple intitulé "... et maintenant, une chanson des Wings"...
"Give the Ireland back to Rish" The Wings
Et l’on poursuit sur la même voie avec la politique (Georges Brassens et "Le Gorille"), Michel Sardou et "Les Ricains", NTM et "Police" ou Mano Solo avec "Du vent".
"Police" NTM
La drogue, la religion sont les autres têtes de chapitre de ce livre instructif et distrayant. Tout comme le politiquement incorrect ("Les jolies colonies de vacances" de Pierre Perret, censurée parce que le directeur de la télévision de l’époque ne voulait pas entendre parler de "pipi dans le lavabo". Ce qui arrangeait bien aussi les directeurs de colos qui voyaient dans cette chanson une très mauvaise pub pour leurs établissements. Aujourd’hui dans les colos tout le monde rigole en reprenant le titre à tue-tête !
"Les jolies colonies de vacances" Pierre Perret (1964)

"Les jolies colonies de vacances" Pierre Perret (1964)

© Leçons d’observation de Daniel Picouly Hoëbecke / France 3
Avec ce catalogue insolite, on peut s’amuser du caractère tellement dérisoire de l’interdiction de ces chansons. On rit moins en se disant que demain, ou tout à l’heure peut-être, une nouvelle chanson sera, pour les mêmes raisons de frilosité et de préservation de la morale publique, interdite d’antenne par "Anastasie, la mégère aux grands ciseaux" (l'autre nom de la censure). Comme disait Brassens : "Le temps ne fait rien à l’affaire" »…

Emmanuel Pierrat est avocat au barreau de Paris, spécialiste du droit d’auteurs et de l’information. Il est l’auteur d’une vingtaine d‘ouvrages, romans, récits et essais. Aurélie Sfez est pianiste et chroniqueuse musicale à France Culture et France Musique.

Sélection de titres disponible par flashcode
"Cent chanson censurées"
Emmanuel Pierrat et Aurélie Sfez
Editions Hoëbecke  29,50€