Axel Khan sur la route: "J'ai vu de l'optimisme dans les yeux des gens"

Par @Culturebox
Mis à jour le 28/04/2015 à 11H14, publié le 28/04/2015 à 10H56
Axel Kahn raconte son nouveau périple d'Ouest vers le Sud-Est, une longue marche au coeur d'une France où il a vu "des signes de renaissance indiscutables"

Axel Kahn raconte son nouveau périple d'Ouest vers le Sud-Est, une longue marche au coeur d'une France où il a vu "des signes de renaissance indiscutables"

© France 2 Culturebox

En 2013, Axel Khan traversait la France à pied des Ardennes au Pays Basque, publiant dans la foulée ses "Pensées en chemin". Le généticien a repris la route en 2014, traçant cette fois une diagonale de la Bretagne à la Méditerranée. Dans "Entre deux mers, voyage au bout de soi" (Stock), il raconte ce nouveau périple riche d’anecdotes et de réflexion sur une France où les signes d’espoir existent.

Invité du journal de 13h, Axel Kahn évoque avec Elise Lucet les profondes différences qu’il a constaté entre ce périple et le précédent. Des différences qui tiennent aux territoires traversés qui ont selon lui mieux résisté aux tempêtes économiques. Autre source d'optimisme selon le professeur de médecine : des territoires ruraux en pleine revitalisation.

Difficile de ne pas ressentir une pointe d’admiration pour Axel Kahn. A 70 ans, ce natif d’Indre-et-Loire affiche une agilité qui s’applique autant à son corps qu’à son esprit. Un esprit qui ausculte, quantifie et analyse tout en gardant une grande part d’humanité et d’humilité. Le corps lui, a été capable de parcourir 2057 km et d’avaler 44 000 mètres de dénivelé durant plusieurs semaines. Le généticien parle d’un " redoutable défi physique " car le trajet effectué en 2014 était beaucoup plus accidenté que celui de 2013.

Axel Kahn livre ses douleurs qui font de lui un homme comme les autres, celles de genoux et d’une épaule abîmée par les chutes. Heureusement, à ses côtés, il y avait "Princesse mascotte", une peluche qui était la mascotte des Jeux équestres mondiaux qui ont eu lieu à Caen en août 2014. " Elle a figuré mon moi jeune, féminin, optimiste et infatigable sans lequel je ne serai pas parvenu au terme de l’épreuve ".  On peut donc être un éminent généticien et avoir besoin d’un "doudou". Et ça, c'est vraiment rassurant.

Axel Kahn "Entre deux mers" © Stock

" Entre deux mers, voyage au bout de soi " d'Axel Kahn
Editions Stock 
252 pages
19 euros