Avec « Le mal napoléonien », Lionel Jospin désacralise l'Empereur

Par @Culturebox
Mis à jour le 07/03/2014 à 13H40, publié le 07/03/2014 à 11H56
Lionel Jospin, auteur de "Le Mal napoléonien" © France 2

Avec cet ouvrage de près de 300 pages, l’ancien Premier ministre entend démontrer que Napoléon, loin d’avoir été ce héros emblématique de l’Histoire de France a, au contraire, été un despote qui a affaibli le pays à l’intérieur et son image à l’extérieur. Débats animés en perspective…

Reportage : Jeff  Wittenberg, José Boulesteix, Zidene Berkous, V. Muon et  C.Apiou
Napoléon n’a pas servi les intérêts de la France ! Au cours des quinze années du Consulat et de l’Empire, il a au contraire entraîné la France dans une chute qui lui interdira ensuite de figurer parmi les grandes puissances mondiales et à cause des guerres qu’il a menées dans toute l’Europe, les peuples vont se dresser contre lui et la nation qui l’a conduit au pouvoir.

C’est la thèse que défend Lionel Jospin dans "Le Mal napoléonien", un travail d’historien qui a coup sûr va faire polémique. En France, on ne touche pas encore impunément à la sacro-sainte image de l’Empereur.
"Le mal napoléonien" de Lionel Jospin (Le Seuil) © France 2
"Mon essai est celui d’un homme politique informé des ressorts du pouvoir et animé d’une certaine idée de ce que sont, à travers le temps, les intérêts de son pays. J’examine si les quinze années fulgurantes du trajet du Premier consul et de l’Empereur ont servi la France et ont été fructueuses pour l’Europe. À mesurer l’écart entre les ambitions proclamées, les moyens déployés, les sacrifices exigés et les résultats obtenus, la réponse est non". 
L'historien Thierry Lentz © France 2
Si des historiens comme Thierry Lentz, qui est aussi le directeur de la fondation Napoléon, peuvent lui donner raison sur certains points comme celui-ci, ils ne le suivent pas sur le plan par exemple du despotisme.
Quand Lionel Jospin affirme que Napoléon fut une sorte de tyran (on dirait aujourd’hui dictateur), Thierry Leitz réplique que les institutions avaient prévu des moyens de contrer une politique par trop autoritaire.
Reconstitution d'une bataille napoléonienne © France 2
La polémique ne manquera pas non plus sur un point : l’ancien Premier ministre socialiste affirme que le bonapartisme a inspiré Pétain ou même les populistes d’aujourd’hui comme Jean-Luc Mélenchon, par son rejet des élites "pas seulement politiques" dit-il, sa référence à un peuple mythique ou à un chef charismatique. Pour lui, Pétain et ceux qui s’en inspireraient feraient du bonapartisme sans Bonaparte !

Assurément, Lionel Jospin choisit une thèse polémique mais un régime politique aussi brillant et fulgurant soit-il qui se termine par une défaite sans appel, ne lui donnerait-il pas raison ?
Une image écornée de l'empereur © France 2
"Le mal napoléonien" de Lionel Jospin 
Le Seuil (18€)