Deux ans après le massacre, rencontre avec le rédacteur en chef de Charlie Hebdo

Par @Culturebox
Mis à jour le 08/01/2017 à 12H30, publié le 08/01/2017 à 12H31
Gérard Biard, le rédacteur en chef de Charlie Hebdo

Gérard Biard, le rédacteur en chef de Charlie Hebdo

© France 3 / Culturebox capture d'écran

Deux ans après l'attentat perpétré par des terroristes islamistes lors de la conférence de rédaction de Charlie Hebdo le 7 janvier 2015, le journal a changé de locaux. Les réunions de travail se déroulent désormais dans un lieu tenu secret. L'équipe est constamment protégée. Rencontre avec Gérard Biard, le rédacteur en chef de l'hebdomadaire satirique.

Il y a deux ans, deux terroristes faisaient irruption dans les locaux de Charlie Hebdo et tuaient douze personnes parmi lesquelles les signatures les plus emblématiques du journal. En tout, les attentats de ce début janvier 2015 allaient faire 17 morts. Alors que la vague de "Je suis Charlie" a reflué après avoir connu un pic spectaculaire lors des manifestations du 11 janvier 2015, le journal a reparu. L'équipe a du se reconstituer. Des tensions ont fait que certains de ses membres ont préféré la quitter, mais l'hebdomadaire est toujours là avec, à la tête de sa rédaction, Gérard Biard.

Cependant, beaucoup de choses ont changé et la déconnade anarcho-libertaire qui présidait aux conférences de rédaction de l'hebdo fondé en 1970 par le professeur Choron et François Cavanna n'est plus là. Aujourd'hui, les réunions se tiennent dans un lieu tenu secret et leurs participants sont constamment protégés. Rencontre avec le rédacteur en chef.

Reportage : N. Perez / L. Houeix / S. Lacombe

Depuis décembre 2016, Charlie Hebdo publie une édition en allemand, expliquant sur son site que ce pays est celui où les conférences d'après-attentat avaient été le mieux accueillies et où le numéro publié immédiatement après le 7 janvier 2015 avait été le plus acheté et lu.
 

Charlie Hebdo la une de la semaine du 4 janvier 2017

Charlie Hebdo la une de la semaine du 4 janvier 2017

© Charlie Hebdo