Décès de Pierre Magnan, auteur de "La Maison Assassinée"

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 30/04/2012 à 17H59
Pierre Magnan dans son bureau

Pierre Magnan dans son bureau

© France 3 / culturebox

L'écrivain provençal Pierre Magnan s'est éteint à l'âge de 89 ans. Auteur de plus d'une trentaine de romans, de "l'Aube insolite" paru en 1946, à "Elégie pour Laviolette" sorti en 2010, plusieurs de ses ouvrages ont été portés à l'écran. Parmi ceux-ci "La maison assassinée" rendue célèbre au cinéma par Georges Lautner en 1988, avec Patrick Bruel et Anne Brochet.

Pierre Magnan se définissait, avant l'heure, comme un indigné. Depuis sa retraite à Forcalquier, le romancier continuait de dénoncer les travers de notre société et consignait ses remarques dans un blog baptisé "l'indigné permanent".  Ses derniers coups de gueule y datent d'octobre 2010 (http://www.lemda.com.fr/index.php). L'écrivain, originaire de Manosque, s'y décrit comme un amoureux des vins de bordeaux (rouges), des promenades solitaires ou en groupe, des animaux, des conversations avec ses amis des Basses-alpes, et de la contemplation de son cadre de vie. Il se disait apolitique, asocial, atrabilaire (taciturne), agnostique et même aphilosophique.

 

 

Ses plus grandes réussites littéraires restent "La maison assassinée" Denoël 1984, un roman couronné par le prix RTL grand public, "Le Sang des Atrides" prix 1978 du Quai des Orfèvres, "Les Secrets de Laviolette" chez Denoël prix de la nouvelle du Rotary Club en 1992, ou encore "La folie Forcalquier" Denoël 1995. En 1990, il avait signé un ouvrage consacré à Jean Giono "Pour saluer Giono" dans lequel il disait sa passion pour l'homme qui lui a ouvert les portes de la littérature.  

 

La Maison assassinée de Pierre Magnan aux éditions Folio

La Maison assassinée de Pierre Magnan aux éditions Folio

© DR

 

En 1986, Pierre Magnan était l'invité de la célèbre émission "Apostrophe" de Bernard Pivot, aux côtés de cinq autres écrivains. Il présentait à l'époque son nouveau roman "Les Courriers de la mort" dans une émission dont la thématique centrale, rappelée par l'animateur en tout début d'émission, reste particulièrement bien adaptée à notre actualité.