Coluche trente ans après : 5 livres et une grande exposition à Paris à la rentrée

Par @LaurenceHouot Journaliste, responsable de la rubrique Livres de Culturebox
Mis à jour le 17/06/2016 à 16H41, publié le 17/06/2016 à 14H55
Coluche enregistre un sketch musical pour l'émission "Numéro un" (1977)

Coluche enregistre un sketch musical pour l'émission "Numéro un" (1977)

© JACQUES CHEVRY / Ina / AFP

19 juin 1986. A l'occasion des trente ans de la disparition de Coluche, plusieurs ouvrages et une grande exposition à Paris lui sont consacrés. Voici une sélection de livres pour se replonger avec délices dans l'univers drolatique de ce grand clown contemporain provocateur et généreux.

Le 19 juin 1986 Coluche, Michel Collucci, 41 ans, trouve la mort dans un accident de moto. Sa disparition plonge les Français dans la tristesse. Même ceux qui le trouvaient vulgaire. Trente ans après, on se surprend à se demander à chaque événement d'actualité ce qu'il aurait trouvé à dire pour nous faire rire. Il reste ce qu'il a donné, et que l'on peut retrouver dans ses sketches, indémodables, ou dans les livres qui nous parlent de lui. En voici une sélection parmi les classiques et aussi les nouveautés publiées à l'occasion des trente ans de sa disparition. On pourra aussi le retrouver dans une  grande exposition qui lui sera consacrée à la rentrée à l'hôtel de Ville de Paris, du 6 octobre 2016 au 16 janvier 2017. 
1
L'intégrale des sketches (Poche 2009 - 6,60 €)
Coluche, Intégrale des sketches (Livre de poche)
S'il y en a un qu'il faut avoir dans sa bibliothèque, c'est celui-là : l'intégrale des sketches du trublion en salopette, des plus connus (Le Belge, Le Schmilblick, L'auto-stoppeur, La publicité), à ceux de ses débuts (La procession télévisée, L'audition) en passant par d'autres, moins connus (Médecins sans diplômes, La fanfare, Tous les chemins mènent à Rome). Avec les dessins de Cabu et Wolinski. Un must.
2
Chez Coluche, histoire d'un mec inoubliable de Jean-Claude Lamy et Philippe Lorin (Editions du Rocher – Mai 2016 - 20,90€).
Chez Coluche, histoire d'un mec inoubliable (Edition du Rocher)
Une biographie illustrée avec les aquarelles de Philippe Lorin.
3
Coluche, putain de mec! de Jean-Pierre Bouyxou et Marc Brincourt, préface de Thierry Lhermitte (Editions du Chêne – Mai 2016 - 24,90€)
Coluche, putain de mec! (Editions du Chêne)
Une biographie de Jean-Pierre Bouyxou, collaborateur de longue date de Paris Match, qui s'appuie sur les riches archives photographiques du journal.

Marc Brincourt, co-auteur de "Coluche, putain de mec", invité des Cinq dernières minutes sur France 2
4
Le petit Coluche illustré par l’exemple de Gilles Bouley-Franchitti (Nouveau Monde juin 2016 - 14,90€).
Le petit Coluche illustré par l’exemple (Nouveau Monde)
Trente ans après sa disparition, les expressions de Coluche ("Enfoiré !", "Circulez y'a rien à voir !", "toute gaite", "J'ai les abeilles", "Sans blague, Meeeeerde!"), sont passées dans le langage courant. Décryptage de 200 mots et expressions de l'humoriste.
5
Le Pavé – Coluche préface de Pierre Bénichou (Le Cherche Midi – 640 pages – Juin 2016 – 19,90 €)
Le Pavé – Coluche préface de Pierre Bénichou (Le Cherche Midi)
"Je veux bien faire des réponses intelligentes mais arrêtez de poser des questions idiotes" Coluche, c'est un style. Ce recueil reprend l'intégrale de ses textes (sketches, pensées, blagues et anecdotes).
 
Exposition Coluche à l'Hôtel de Ville de Paris (Du 6 octobre au 16 janvier 2016)
Les photos de famille, la salopette rayée, la Yamaha 750 sur laquelle il a battu le record de vitesse sur le kilomètre lancé (en 1985), ses gants de boxe, ses instruments de musique, des lettres de Godard et Truffaut… 350 pièces, vidéos, enregistrements, objets, photos, prêtés par la famille de Michel Colucci seront exposés dans cette exposition articulée autour de grands thèmes de la personnalité de Coluche : Music-Hall, copains, famille…

BIO

Michel Colucci est né le 28 octobre 1944 à Paris d'une mère fleuriste et d'un père ouvrier d'origine italienne qui fréquente les milieux artistiques du Montparnasse des années 30 et qui meurt quand Michel a trois ans. Il est élevé avec sa sœur à Montrouge par sa mère. Après avoir fait des petits boulots, travaillé à l'usine, il fait ses débuts dans le spectacle en 1969 au Café de la Gare. En 1972, il monte "Au vrai chic parisien", sa propre troupe, avec laquelle il créé "Thérèse et Triste" et "Ginette Lacaze" où il partage la vedette avec Josiane Balasko. Il est remarqué par  le producteur Paul Lederman, manager de Claude François et Thierry Le Luron. Il adopte son nom de scène, Coluche et enchaîne alors les spectacles à L'Olympia en 1973 en lever de rideau de Dick Rivers, puis en vedette en 1975, Bobino en 1975, le Théâtre du Gymnase en 1978 puis en 1980 où il attire 600.000 spectateurs.
La légende se construit avec son lot de provocations et de gags, dont le vrai-faux mariage le 25 septembre 1985 avec l'imitateur Thierry Le Luron, complice et rival qui meurt peu après lui, le 13 novembre 1986. La décision de se porter candidat à "l'érection pestilentielle" en 1981 (sous l'étiquette du "candidat nul") suscite des remous à droite et à gauche. Ce farouche opposant à "l'establishment" voit se dresser contre lui les professionnels de la politique de tout bord et il préféra jeter l'éponge.
Après la parenthèse politique, l'artiste retourne à son vrai métier. Il l'exerce sur scène, à la radio (RMC, d'où il est renvoyé pour insolence envers la famille princière de Monaco, RFM et surtout Europe 1), au cinéma (24 films, tous comiques, à l'exclusion de "Tchao Pantin" de Claude Berri en 1983 qui lui vaut le César du meilleur acteur), et aussi à la télévision (notamment un faux journal télé sur Canal+).
Dans ces années 80, il divorce et son ami Patrick Dewaere se suicide (1982) avec le fusil qu'il lui avait offert. Coluche abandonne la scène et plonge dans la drogue. Puis germe l'idée des Restos du cœur. "J'ai une petite idée... Si y' a des gens qui sont intéressés pour sponsoriser (sic) une cantine gratuite qu'on commencerait par faire à Paris et qu'on étalerait dans les grandes villes de France", suggère-il le 26 septembre 1985 sur Europe 1. Le 21 décembre de la même année sont officiellement ouverts les premiers Restos du cœur. Il est également à l'origine de "l'amendement Coluche " (voté après sa mort) qui instaure une déduction fiscale pour les dons aux Restos du cœur et autres organismes nourrissant les personnes en difficulté. (Avec AFP)