Christian Viguié, poète, instituteur et défenseur de l'inactivité

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 26/09/2012 à 12H21
Christian Viguié

Christian Viguié

© France3/Culturebox

Très jeune, Christian Viguié a été touché par la pointe d'une plume, celle avec laquelle Rimbaud, Baudelaire, Steinbeck ou Dostoïevski tracèrent avec ardeur leurs pensées les plus folles. Et seul, il comprit que la poésie impliquait de ne pas perdre sa vie en vanités matérielles, et qu'il lui fallait donc s'éloigner, s'isoler, de son Aveyron natal pour s'en aller vagabonder. Il a passé ainsi trois ans, seul, dans un village abandonné, ainsi qu'un certain temps dans les rues de la capitale.

Et après moult rebondissements, c'est dans la peau d'un instituteur limougeaud qu'on le retrouve. Il a entre temps publié plusieurs recueils de ses poèmes, dont Le Vieux Maître, Guerres sur fond bleu et Un homme inutile aux éditions Au bruit des autres. Est également paru aux fameuses éditions Rougerie son ouvrage Juste le provisoire, qui est une méditation sur l'effleurement des désirs et des pensées par l'esprit de l'humain et celui du poète. 

Extraits :

" Les mots ne retiennent aucune preuve
Aucun silence
Ils te déposent un peu plus loin
Rongé par le soleil. "

" Cette insoumission tu la dois aussi
À la pierre légère d'un parfum
À une branche que tu casses
Et qui retentit à peine dans l'éternité surprise. "

Christian Viguié a aussi travaillé avec des peintres et artistes plasticiens (La lutte avec l'ange, en collaboration avec Jean Revol), et a reçu de nombreux prix pour ses travaux et ouvrages.

La lutte avec l'ange

La lutte avec l'ange

© DR