280 p. - 23 €

Dès 1818, Beethoven étant devenu sourd, il fallut recourir à l'écriture pour s'entretenir avec lui. Sur des « tablettes » qui restaient à portée de sa main, ou dans des carnets qu'il conservait toujours dans ses poches, ses amis, ses proches, ses visiteurs écrivaient questions ou réponses, grâce auxquelles nous connaissons aujourd'hui ses propos quotidiens.
Ces onze mille pages d'entretiens, si divers par les interlocuteurs, amis ou étrangers, qui les tracent hâtivement, mais dont le protagoniste est presque toujours absent, ressemblent assez à une conversation dont on n'entendrait qu'une voix. Il s'y mêle aussi des apartés de Beethoven, des réflexions et des notes assez développées. Il lui arrive même de jeter sur ces feuillets quelques notations musicales.
Ce document exceptionnel, où il est question entre autres de vie quotidienne, des événements du temps, de politique, de lectures, et de musique, nous offre un accès unique à l'intimité du compositeur. Cahiers de conversation de Beethoven
Mettre en avant le livre: