"Sur les pas de Théo" : l'hommage d'un fils à son père prisonnier de guerre

Par @Culturebox
Mis à jour le 08/04/2016 à 14H59, publié le 08/04/2016 à 14H47
Couverture de "Sur les pas de Théo" écrit par Joseph Aulnette

Couverture de "Sur les pas de Théo" écrit par Joseph Aulnette

© France3/Culturebox

Du 1er au 24 avril 2015, Joseph Aulnette partait sur les routes à vélo pour retracer le chemin emprunté par son père, ancien prisonnier pendant la Seconde guerre mondiale. Joseph a, depuis, écrit "Sur les pas de Théo", un livre hommage chargé d'anecdotes et de souvenirs du combattant.

Une vingtaine de jours ont été nécessaires pour retracer le chemin que son père avait emprunté entre 1940 et 1945. Aujourd'hui, voilà que naît "Sur les pas de Théo", un roman écrit dans le but de sauvegarder la mémoire de son père, un homme au vécu impressionnant et aux témoignages prenants.
 

Reportage : G. Raoult / T. Bouilly / A. Rouanès


"Tout petit, j’étais déjà intéressé de savoir où il était passé et où il avait vécu. Il faisait partie de ceux qui n’avaient pas beaucoup de difficulté à en parler", explique Joseph Aulnette.

En 1980, il décide de repartir en famille sur les lieux de captivité : "Au début, il n’avait même pas à manger. Cela a été terrible pour lui de souffrir. Parfois, il ne pouvait même pas prendre le morceau de pain qu’un riverain lui tendait car il risquait sa vie. C’était interdit", ajoute l’auteur. 
 

Théo, le père de Joseph Aulnette

Théo, le père de Joseph Aulnette

© France3/Culturebox


Des souvenirs douloureux mais aussi parfois plus doux : "Pendant 18 mois, il a été dans une ferme. Le patron lui avait dit : chez moi, tu es comme un enfant de la maison", raconte Joseph. Théo poussera des wagons dans une mine avant d’être libéré.

70 ans plus tard, son fils lui rend hommage au travers de ce roman. En 2015, pendant 24 jours, Joseph pédale à nouveau sur le même chemin : il parcourt 2 040 kilomètres, comme son père avant lui.


Aujourd’hui, depuis la publication du livre, il reçoit bénévolement des élèves de primaire jusqu’à la terminale afin de faire perdurer les souvenirs de Théo, un homme soldat... et père avant tout.