"François Mitterrand, portrait d'un ambigu" : les mots rares d'Anne Pingeot

Par @Culturebox
Mis à jour le 26/05/2015 à 17H43, publié le 26/05/2015 à 17H38
François Mitterrand, premier secrétaire du PS, en 1974

François Mitterrand, premier secrétaire du PS, en 1974

© Masquelier / Ina

Ancien correspondant à Paris pour la BBC, le journaliste Philip Short livre une épaisse biographie de François Mitterrand. Anne Pingeot, discrète ancienne compagne du Président, témoigne de quelques moments de sa vie.

François Mitterrand fut un homme complexe, et Philip Short, fin connaisseur de la France, se propose dans ce livre de retracer son parcours, et de lever le voile sur de nouveaux éléments, grâce au témoignage rarissime d'Anne Pingeot, celle qui fut la maîtresse du Président pendant plus de 30 ans et qui lui donna une fille, Mazarine.

Au travers de son témoignage, on apprend que François Mitterrand, qui souffrit de longues années d'un cancer de la prostate, fit, selon elle, appel à son médecin pour recourir, à la toute fin de sa vie, à l'euthanasie. Anne Pingeot sait aussi que celui qu'elle a aimé n'a jamais envisagé de divorcer, qu'il a accepté pour autant d'avoir un enfant, parce qu'elle mettait ce souhait en balance face à une rupture. C'est dur, dit-elle aussi, de ne pas être la plus aimée.

Cette longue biographie, 900 pages, balaie aussi la vie de l'homme et ses contradictions. Ses engagements dans la Résistance, et sa décoration par Pétain, son conservatisme, et sa capacité à unir la gauche jusqu'à faire entrer les communistes au gouvermenent. Sa passivité en ministre de la Justice quant à la torture en Algérie. Sa distance face à la révolte des étudiants en 1968. Sa nervosité, et sa détestation des apparitions télés. Le rôle de Jacques Séguéla dans sa transformation.

Le reportage de H. Hug et A. d'Abrigeon :

"François Mitterrand, portrait d'un ambigu", par Philip Short, 900 pages, éditions du Nouveau Monde, 25 euros.
Le couverture de "François Mitterrand, portrait d'un ambigu"

© DR