Romain Gary : une édition illustrée par Joann Sfar de "La promesse de l'aube"

Par @Culturebox
Publié le 05/04/2014 à 11H48
Romain Gary vu par Joann Sfar dans la réédition illustrée de "La Promesse de l'Aube".

Romain Gary vu par Joann Sfar dans la réédition illustrée de "La Promesse de l'Aube".

© Joann Sfar / Futuropolis

A l'occasion du centenaire de la naissance de l'écrivain Romain Gary, l'auteur de BD et cinéaste Joann Sfar rend hommage à son "héros de toujours", dans une belle édition illustrée (500 dessins au total) d'un de ses plus célèbres romans, "La promesse de l'aube".

Sfar : "Romain Gary, ça ne vieillit pas !"
"Oui, Romain Gary a toujours été mon héros, et mon bouclier contre une certaine médiocrité", avoue Joann Sfar, le père du Chat du Rabbin, qui illustre sur 500 pages (Futuropolis, 35 euros) de son trait nerveux et impertinent La promesse de l'aube.

Dans ce roman, Romain Gary retrace son enfance et sa jeunesse à Vilnius (capitale de la Lituanie aujourd'hui, mais partie de l'Empire russe jusqu'en 1917), puis à Varsovie et à Nice.
A l'occasion de la sortie de son film, Gainsbourg, vie héroïque, Joann Sfar disait déjà: "J'ai passé mon temps à me dire que je faisais un film sur Romain Gary". Et au dernier Salon du Livre, il soulignait : "à une époque, Sartre a envoyé Gary au purgatoire de cette génération. Mais nous, aujourd'hui, on s'en fout. Une seule chose compte : Romain Gary, ça ne vieillit pas !". 
Romain Gary et son épouse Jean Seberg en janvier 1960 à Boulogne Billancourt, sur le tournage d'un film.

Romain Gary et son épouse Jean Seberg en janvier 1960 à Boulogne Billancourt, sur le tournage d'un film.

© Sipa


Un romancier prolifique
Diplomate et romancier, de son vrai nom Roman Kacew, Romain Gary est né le 8 mai 1914 à Vilna (Vilnius). Elevé par sa mère qui place en lui de grandes espérances, il rejoint le général de Gaulle en 1940 à Londres, publie son premier roman sous son nom en 1945 (Une education européenne) et quitte la diplomatie en 1960.

Auteur d'une trentaine de romans, mais également de plusieurs scénarios et films, il est le seul à avoir reçu à deux reprises le Goncourt: en 1956 pour Les racines du ciel, sous son nom de plume habituel et, en 1975, sous le pseudonyme d'Emile Ajar, pour La vie devant soi.
 
Son épouse, l'actrice américaine Jean Seberg, se donne la mort en 1979 alors qu'il en était séparé depuis une dizaine d'années. Il fait paraître son dernier roman Les cerfs-volants avant de se suicider en décembre 1980, laissant un document posthume dans lequel il révèle qu'il se dissimulait sous le nom d'Emile Ajar pour plusieurs de ses ouvrages.  
Le dessin de couverture de Joann Sfar pour "La promesse de l'aube".

Le dessin de couverture de Joann Sfar pour "La promesse de l'aube".

© Joann Sfar / Futuropolis

 
Parutions Gallimard pour le centenaire de sa naissance
A l'occasion du centenaire de sa naissance, son éditeur Gallimard fait paraître plusieurs autres ouvrages, dont La promesse de l'aube en Folio et en livre audio, un roman inédit, Le Vin des morts, des entretiens inédits de Gary avec Jean Faucher, Le sens de ma vie, et Dans l'intimité de Jean Seberg, un livre de photos.