"Les carnets secrets de Turner", l'œuvre érotique du peintre anglais

Par @Culturebox Rédacteur en chef adjoint de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 07/11/2016 à 12H21
Un dessin érotique de Turner © capture d'écran /France2 / Culturebox

John Mallord William Turner, peintre adulé par les Anglais et le monde entier pour ses célèbres marines et la lumière si particulière baignant ses paysages, avait aussi une œuvre érotique cachée. C'est ce que met en lumière Alain Jaubert dans un livre qui vient de paraître chez Cohen et Cohen : "J.M.W. Turner. Les carnets secrets". Des carnets précieusement conservés à la Tate Britain de Londres.

Quand il meurt en 1851, Joseph Mallord William Turner est au faîte d'un gloire universelle. L'Angleterre victorienne est sous le coup d'un retour au conservatisme après le siècle des Lumières.

John Ruskin, l'exécuteur testamentaire et grand admirateur du peintre, est chargé de recenser ses œuvres. Une tâche dont il s'acquitte minutieusement. C'est là qu'il découvre des tableaux érotiques. Il en est tellement choqué qu'il dit avoir tout brûlé.  Quelques oeuvres sont passées au travers de son courroux. Elles ont dormi pendant plus d'un siècle et demi à la Tate Gallery.

165 ans après sa mort, Alain Jaubert se penche sur les carnets secrets de Turner qui recèlent croquis et aquarelles érotiques du grand peintre. Ils sont conservés à la Tate Britain, le musée londonien consacré à Turner.

Ce qui est intéressant dans ses dessins anatomiques, c'est surtout son point de vue. Toujours un point de vue un peu pervers, un peu original. C'est ce côté ténébreux, le Dark Side de Turner qui m'a intéressé.

Alain Jaubert

Reportage : L.de la Mornais, L.Calmus, A. Philippi.

Turner dessinait énormément. Dans une journée, il pouvait peindre une église et une femme dénudée. Il peignait finalement son environnement car il a fréquenté auberges de petite vertu et lieux libertins.

Mais, alors que les musées français exposent nombre d'œuvres dénudées signées Courbet, Degas, Toulouse-Lautrec, il y a, outre-Manche, une forme de pudeur qui a longtemps jeté un voile sur cet aspect de l'œuvre de Turner.

Dans son ouvrage, Alain Jaubert raconte les conditions dans lesquelles ces carnets érotiques ont été retrouvés, la légende des "dessins brûlés". Il présente aussi, pour la première fois en France ces dessins parfois très obscènes qui gênent même les employés de la Tate : "Les gens sont intéressés par ces dessins figuratifs et érotiques, déclare l'une des employés mais ce n'est pas vraiment son meilleur travail."

Les carnets secrets de Turner © DR

Alain Jaubert

Marin avant d'être journaliste scientifique, chroniqueur, enseignant… réalisateur de nombreux documentaires, Alain Jaubert est l'auteur de la série « Palettes » diffusée depuis 1989 sur Arte et dans le monde entier. Il est l'auteur de plusieurs romans et essais publiés aux éditions Gallimard, parmi lesquels Val Paradis (Goncourt du premier roman en 2005), Tableaux noirs (2011), Au bord de la mer violette (2013). Les moustaches d'Adolf Hitler, recueil d'essais