"Chagall - Voyage dans la Bible" : l'Ancien Testament revisité par le maître

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Publié le 15/12/2014 à 15H29
Chagall : esquisse pour "Elie sur le Mont Carmel"

Chagall : esquisse pour "Elie sur le Mont Carmel"

© Editions Mardaga

Chagall est toujours resté très attaché à ses racines juives. Indépendant par rapport aux écoles du début du XXe siècle, il restera toutefois influencé par le fauvisme par son usage de la couleur et le cubisme par l’éclatement de l’espace pictural. Cette édition du "Voyage dans la Bible" donne à voir des esquisses inédites qui donnent une lecture nouvelle d’une de ses œuvres majeures.

Une découverte révélatrice
Gallériste et ami de Chagall, Ambroise Vollard, proche de toute l'avant-garde picturale française, commande en 1930 au peintre une série d'illustrations sur la Bible. A cette occasion, l'artiste lui soumet, ce que l’on croyait être une quarantaine d'esquisses à l'aquarelle, la gouache, le pastel, l'encre et le crayon. La découverte récente de vingt-deux esquisses préparatoires supplémentaires, pour la première fois dévoilées ici, justifie cette édition, où se retrouve également l'œuvre définitive qu'en tira Chagall.

Tout l’œuvre de l’artiste est traversé de mysticisme et du folklore yiddish. Avec ses mariés planant dans le ciel, ou sa symbolique animalière, ses musiciens, ses rabbins… Il est tout naturel que l’Ancien Testament l’ait inspiré. Considérant le texte sacré comme "la plus grande source de poésie de tous les temps", Chagall s’attarde sur les Prophètes, les Patriarches, les Guerriers et les Rois. L’apport des nouvelles esquisses découvertes permet d’observer sur quels sujets le peintre s’est focalisé en abandonnant certains épisodes ou en donnant plusieurs versions d’autres.
Première de couvertue de "Chagall - Voyage dans la Bible" - Esquisse pour "Elie sur la Mont Carmel"

Première de couvertue de "Chagall - Voyage dans la Bible" - Esquisse pour "Elie sur la Mont Carmel"

© Mardaga
Dialogue entre le Ciel et la Terre
Le peintre s’attarde plus particulièrement sur la Genèse et l’Exode dans sa version définitive, alors que les esquisses nouvelles font référence aux Nombres, au deux livres de Samuel et au livre I des Rois. Humaniste, il s’attarde sur la création de l’humanité, en Adam et Eve, ainsi que sur la présence continue des messagers de Dieu, et les échanges tempétueux entre le divin et les hommes. Ses esquisses sont inspirées, fougueuses, ses compositions, souvent habitées par l’interactivité entre le Ciel et la Terre dans sa peinture, conviennent à merveille au sujet. Dessinées au crayon, elles sont rehaussées d’encre de chine, de gouache et d’aquarelle. L’opaque le dispute à la transparence et les nombreux détails permettent d’apprécier plus encore la patte de l’artiste, d’autant que la qualité de reproduction est remarquable.

Sylvie Forestier, conservatrice générale du Patrimoine, Nathalie Hazan-Brunet, chargée des collections modernes et contemporaine au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme, et Eugénia Kuzmina, assistante du département de l’art à l’Université de Navarre, apportent leur érudition sur l’approche et le dialogue entre le texte biblique et son interprétation plastique, par un des plus grands peintres du XXe siècle. Œuvre monumentale, qui fut déclinée dans la Bible de Genève, "Voyage dans la Bible" allie plaisir des yeux et spiritualité, plus que religiosité, comme le stipulait Chagall : "La Bible est comme une résonnance de la nature et ce secret, j’ai essayé de le transmettre".       

Chagall – Voyage dans la Bible
Sylvie Forestier, Nathalie Hazan-Brunet, Eugénia Kuzmina
Editions Mardaga
Relié, cartonné sous jaquette, 239 pages
49 euros