«V pour Vendetta», la saga d'un résistant

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 19/05/2012 à 11H56
«V pour Vendetta», le choix de Marie Rameau

«V pour Vendetta», le choix de Marie Rameau

© Editions Urban Comics

Périodiquement, on entend parler du mouvement des Anonymous. Fleurissent alors les masques caractéristiques, emblèmes de ce groupe d'activistes du web luttant à leur façon pour la libre information et contre les injustices diverses. Mais savez-vous pourquoi un tel masque, et ce qu'il représente ? La réponse se trouve dans le comics « V pour Vendetta », scénarisé par le très grand Alan Moore et dessiné par David Lloyd.

Angleterre. 1997. La société a été normalisée et écrasée par un gouvernement tyrannique. La Culture a été interdite, la vie se réduit à de la survie. Les journées sont rythmées par le couvre-feu. La délation est monnaie courante. Les milices sont promptes à tomber sur celui qui aurait le malheur de se détourner du droit chemin. Mais quelqu'un va souffler un vent d'anarchie et de révolte dans cet univers d'enfermement.

Cachant son visage, « V » sillonne les rues de Londres, fomentant des actions contre le pouvoir. De menace en dynamitage stratégique, il ouvre les yeux d'un peuple étranglé qui réalise petit à petit qu'il peut redevenir maître de ses actes et de ses pensées. « V », à travers une vengeance personnelle, réveille les consciences à grands coups d'électrochocs. Son aventure est partagée par une jeune femme qu'il a sauvée des griffes de miliciens, alors qu'elle se prostituait illégalement pour gagner un peu plus d'argent, son salaire ne lui suffisant pas pour subvenir à ses besoins.

Le désir d'émancipation, la punition de l'oppresseur, la justice pour tous, tels sont les étendards brandis dans cet album. Autant de batailles aux sons desquelles la force du récit nous fait littéralement vibrer.

"V pour Vendetta", dessin de David Lloyd

"V pour Vendetta", dessin de David Lloyd

© Urban Comics
Le masque de « V » est donc celui que portent les Anonymous. Cet apparat est lui-même inspiré par la figure de Guy Fawkes, charismatique rebelle catholique anglais de la fin du XVIe siècle qui tenta de faire sauter le Parlement et le Roi James Ier, suite à un vif désaccord politique concernant les Protestants. Arrêté avant que l'explosion n'ait lieu, Fawkes a été exécuté le 5 novembre 1605, une date célébrée chaque année en Angleterre.

« V pour Vendetta », publié initialement entre 1982 et 1990, vient tout juste d'être réédité. Si votre bibliothèque ne compte pas ce titre sur ses rayonnages, il est temps de remédier à cela. Et s'il vous plaît, ne vous contentez pas de la (mauvaise) adaptation cinématographique de ce titre. Vous passeriez à côté d'un monument du neuvième art, incontournable au même titre que « 1984 » de Orwell l'est pour la littérature dystopique.

Une planche de David Lloyd, dans "V pour Vendetta"

Une planche de David Lloyd, dans "V pour Vendetta"

© Urban Comics
« V pour Vendetta », de Alan Moore et David Lloyd, Ed. Urban Comics, 28 €.

Marie Rameau - Librairie Bulles de Salon - 45 rue Carnot 92300 Levallois-Perret

Marie Rameau - Librairie Bulles de Salon - 45 rue Carnot 92300 Levallois-Perret

© DR