"Un sac de billes" : après le film, l'intégrale en BD, classique et sensible, du roman de Joseph Joffo

Par @LaurenceHouot Journaliste, responsable de la rubrique Livres de Culturebox
Mis à jour le 02/03/2017 à 16H01, publié le 02/03/2017 à 15H16
"Un sac de billes", Kris et Vincent Bailly, d'après Joseph Joffo (Futuropolis) 

"Un sac de billes", Kris et Vincent Bailly, d'après Joseph Joffo (Futuropolis) 

'"Un sac de billes", le célèbre roman autobiographique de Joseph Joffo publié en 1973 qui racontait son enfance pendant la seconde guerre mondiale, transposé en BD en 2011-12 par Kris et Vincent Bailly, parait dans une version intégrale (Futuropolis). Une adaptation fidèle et sensible de ce roman (20 millions d'exemplaires vendus dans le monde), qui a marqué plusieurs générations.

Paris, septembre 1941, c'est la Drôle de Guerre, mais pour l'heure, Joseph vit entre les jeux et l'école des jours heureux de gosse insouciant de 10 ans avec son frère Maurice, de deux ans son aîné. La bande dessinée s'ouvre sur une scène dans le salon de coiffure paternel, rue Marcadet dans le 18 e arrondissement populaire. Deux officiers allemands viennent se faire couper les cheveux. "La guerre est terrible, c'est la faute aux Juifs", déclare l'un d'entre eux. Le père de Joseph termine sans ciller sa coupe de cheveux et lui demande : "Vous êtes satisfaits ? Vous avez été bien coiffés ?". "Très bien. Excellent.", répond l'officier. "Eh bien avant que vous ne vous ne partiez, je dois vous dire que tous les gens qui sont ici sont des Juifs", déclare le père, mettant les deux officiers dans l'embarras.
"Un sac de billes", page 11

"Un sac de billes", page 11

© Vincent Bailly / Futuropolis
Chaque soir, le père de Joseph et Maurice leur raconte les aventures de l'aïeul, Jacob Joffo, peint dans les mots de leur père sous les traits d'un héros flamboyant, défendant dans les steppes glacées de Russie les Juifs persécutés dans les pogroms, puis l'exode et l'arrivée en France, "ses champs de blé, ses villages tout clairs aux toits rouges avec un clocher, et cette devise inscrite sur la plus grande des maisons du village "Liberté – Egalité – Fraternité". "Je sais que nul n'a aimé autant la France que mes parents, nés à 8000 kilomètres de là", raconte Joseph.

Adaptation fidèle

C'est dans cette France qu'est instaurée l'obligation pour les Juifs de coudre sur le revers de leur veste l'étoile jaune, dans cette France que les enfants entendent dans la cour de récréation les premières insultes ("Youpin"), dans ce pays que dans la salle de classe est accroché le portrait du maréchal Pétain avec sa devise "Travail-Famille-Patrie". Le fameux sac de billes, c'est ce que Joseph a reçu en échange de son étoile, qu'il a donné à un de ses camarades. Dans ce contexte, le père des deux enfants leur demande de prendre la route, seuls, tous les deux, pour rejoindre leurs deux frères aînés en zone libre…
"Un sac de billes, page 73

"Un sac de billes, page 73

© Vincent Bailly / Futuropolis
Cette épopée de Joseph et de son frère à travers la France occupée, semée d'obstacles, de dangers, de bonnes et de mauvaises rencontres, souffrances mais aussi bonheurs, est racontée ici avec un scénario efficace signé Kris, servi par les dessins sensibles, à l'aquarelle, de Vincent Bailly.

Adapté au cinéma pour la première fois en 1975 par Jacques Doillon, "Un sac de billes" a depuis été plusieurs fois transposé à l'écran, tout récemment encore par Christian Duguay. Cette adaptation en BD est l'occasion pour les enfants qui ne le connaissent pas encore de découvrir ce récit initiatique, et pour les autres, y compris les adultes, de s'y replonger.
"Un sac de billes", Kris et Vincent Bailly, d'après Joseph Joffo (Futuropolis)

"Un sac de billes", Kris et Vincent Bailly, d'après Joseph Joffo (Futuropolis)

© Vincent Bailly / Futuropolis
"Un sac de billes - L'intégrale, Tomes 1 et 2 ", de Kris et Vincent Bailly, adapté du roman de Joseph Joffo (Futuropolis - 124 pages couleur - 20 €)