Comment on devient adulte selon Lucile Gomez "Tout est possible mais rien n'est sûr"

Par @Culturebox
Mis à jour le 20/03/2015 à 14H16, publié le 20/03/2015 à 12H55
"Tout est possible mais rien n'est sûr" le nouvel album de Lucile Gomez : drôle, touchant, à la fois grave et léger

"Tout est possible mais rien n'est sûr" le nouvel album de Lucile Gomez : drôle, touchant, à la fois grave et léger

© France 3 Culturebox

« Tout est possible mais rien n’est sûr ». Derrière ce titre qui résume si bien les aléas de la vie se cache Lucile Gomez, auteure et illustratrice BD qui signe son 6e album (Editions Delcourt). Avec un mélange d’humour, de réalisme et de poésie, cette blogueuse avertie raconte l’entrée dans la vie active de Vétille, une étudiante en communication visuelle qui est un peu son double.

Lucile Gomez appartient à cette génération de jeunes illustratrices qui font souffler un vent de fraicheur et de féminité sur le monde de la BD. Traits délicats et souples, couleurs lumineuses, cadrages originaux : il y a quelque chose de léger, d’aérien et en même temps de très ancré dans la réalité. Lucile Gomez combine un talent indéniable pour faire vivre sur le papier l’univers de ses rêves et l’observation assez fine de toute une génération de trentenaires urbain(e)s.
Extrait "Tout est possible mais rien n'est sûr" 

Extrait "Tout est possible mais rien n'est sûr" 

© Lucile Gomez / Ed. Dupuis
Dans « Tout est possible, mais rien n’est sûr », elle suit l’entrée dans la vie adulte de Vétille, son double, qui vient d’obtenir un diplôme en communication. Elle doit trouver un travail et faire des choix qui vont mettre à mal ses idéaux et son éthique d’écolo convaincue. 

Reportage : S. Deschamps / R. Poissonnier / G. Haristoy
Depuis l’enfance, Lucile Gomez a le dessin dans la peau. « Plus tard, je dessinerai des BD » disait à l’époque cette native de Poitiers. L’affirmation a d’abord fait sourire ses parents avant qu’ils ne froncent le sourcil et lui ordonne de passer son bac littéraire. Après des études de communication visuelle, Lucile devient graphiste free-lance et illustratrice.

Avec une amie, elle crée un webzine numérique féminin, « Desseins », avec une parution à « cycle menstruel » pour « les filles qui en ont » ! Une sorte de pied-de-nez à un monde de la BD essentiellement masculin. Le Cycliste, un éditeur indépendant lui a proposé d’en faire un livre et c’est comme cela que son premier album « Des seins » est paru en 2005. Elle y raconte les changements que provoque la poussée des glandes mamaires chez une jeune fille.


Lucile Gomez a également participé à des projets collectifs : l’excellente série « Les autres gens » et  « Comment je me suis fait plaquer et autres histoires d'amours extras et ordinaires », deux ouvrages parus chez Dupuis.

Le "jaloup" de Lucile Gomez apparaît dans l'album collectif " Comment je me suis fait plaquer et autres histoires d'amours extras et ordinaires" (Ed. Dupuis) 

Le "jaloup" de Lucile Gomez apparaît dans l'album collectif " Comment je me suis fait plaquer et autres histoires d'amours extras et ordinaires" (Ed. Dupuis) 

© Lucile Gomez

Appartenant à la génération des bloggeuses (Lucile a 35 ans), on ne saurait trop vous conseiller d’aller faire un tour sur son  blog où vous ferez connaissance avec le chat Méphistofélix (avatar félin de Méphistophélès, un des sept princes des Enfers. Cela donne une idée assez juste de son univers et de son regard plein d'humour et de tendresse sur la vie et ses petits tracas.


"Tout est possible mais rien n'est sûr"
Scnérario, dessins et couleurs de de Lucile Gomez 
Editions Delcourt
22,95 euros