Toujours plus de bulles : 5.300 BD publiées en 2011

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 26/12/2011 à 13H19
Boule et Bill

Boule et Bill

© Pierre Andrieu/AFP

La production d'albums de bande dessinée défie la crise. Elle a encore progressé en 2011 avec 5.327 livres publiés dans les librairies francophones. C'est le constat du rapport annuel de l'ACBD (Association des critiques et journalistes de bande dessinée) publié lundi. Un marché dominé par quatre groupes et quelques séries phares.

16e année de hausse ! Une augmentation de 3,04% par rapport à 2010, soit 162 titres de plus. Cela prouve "une fois de plus l'incroyable foisonnement créatif du secteur", souligne Gilles Ratier, secrétaire général de l'ACBD. Pourtant, relève-t-il, "avec les effets de la nouvelle crise financière mondiale, les conditions économiques ne sont guère favorables pour ce média qui manque, depuis trois ans, de locomotives exceptionnelles".

Les séries se taillent toujours la part du lion avec 1.319 nouveaux albums hors mangas et comics (contre 1.303 en 2010), soit 65,36% des créations ou
traductions.
Plus gros tirages : "XIII" d'Yves Sente et Iouri Jigounov, d'après Jean Van Hamme et William Vance (500.000 exemplaires), suivi de "Kid Paddle" de Midam (360.000), "Boule et Bill" de Laurent Verron, d'après Jean Roba (253.000), "Thorgal" d'Yves Sente et Grzegorz Rosinski, d'après Van Hamme et Rosinski (220.000), "Les Aventures de Kid Lucky" d'Achdé, d'après Morris (220.000).

Quatre groupes dominent désormais le secteur
  
Côté édition, quatre groupes dominent désormais l'activité du secteur, assurant à eux seul 43,6% de la production alors que 310 éditeurs ont publié des BD en 2011.

Le principal événement éditorial de l'année est l'acquisition d'une part majoritaire des éditions Soleil par Guy Delcourt, lequel devient en chiffre d'affaires le deuxième plus important groupe éditorial et le premier indépendant du secteur, note le rapport.
Suite à cette acquisition, Delcourt redevient aussi le plus gros producteur d'albums du moment avec 840 titres, soit 15,77% de la production de l'année.

Le groupe Médias-Participations est toujours le plus important sur le plan économique mais il n'est plus que le deuxième en ce qui concerne le nombre de titres.

Le troisième éditeur du secteur, tant sur le plan économique que de la production est le groupe Glénat, bien qu'il se soit séparé de sa branche espagnole. Il a publié 469 titres (8,8% de la production) sous son propre label ou sous ceux de ses filiales Disney, Drugstore, Mangas, Treize Etrange ou Vents d'Ouest.

Le groupe Flammarion (filiale de l'italien RCS) conforte sa quatrième place en termes de chiffre d'affaires tandis que ses labels Casterman, KSTR, AUDIE/Fluide Glacial, Jungle et J'ai Lu continuent de réduire leur production de BD avec 226 titres (4,24%).

Bien loin derrière, les filiales de bande dessinée d'Hachette Livre ont proposé 185 titres (3,47% de la production) par l'intermédiaire notamment d'Albert-René. Hachette Livre détient désormais l'ensemble des droits éditoriaux, audiovisuels et marchandising d'Astérix.

Cette étude ne donne pas les chiffres d'affaires des groupes, l'année n'étant pas encore terminée, et les ventes du dernier trimestre (rentrée et  Noël) sont bien entendu déterminantes.