Rencontre à Angoulême avec Guilhem, un dessinateur sous haute-tension !

Par @Culturebox
Mis à jour le 28/01/2017 à 16H26, publié le 28/01/2017 à 14H21
Détail de la couverture des "Trois fantômes de Tesla" de Marazano et Guilhem (ed. Le Lombard).

Détail de la couverture des "Trois fantômes de Tesla" de Marazano et Guilhem (ed. Le Lombard).

© France 3 / Culturebox

Du mystère et des dangers qui menacent le monde : voilà de quoi électriser le public du Festival de la bande dessinée d’Angoulême. "Les Trois fantômes de Tesla : le mystère chtokavien", album sélectionné cette année par le FIBD, mêle fiction et Histoire. Celle de la rivalité légendaire entre deux grands savants : Thomas Edison et Nikola Tesla. Rencontre avec le dessinateur, Guilhem.

Reportage : J. Deboeuf / C. Guinot / T. Cormerais
New York, 1942. Alors que les Etats-Unis sont entrés en guerre depuis quelques mois, une autre guerre, technologique celle-là, fait rage. Les Japonais expérimentent des armes terrifiantes. Le laboratoire de Thomas Edison est placé sous tutelle par le FBI. Quant à Nikola Tesla, dont le génie imaginatif serait le bienvenu en ces temps troublés, il a tout simplement disparu. C’est dans cette ambiance de fin du monde, qu’un jeune garçon va vivre des aventures extraordinaires grâce à son mystérieux voisin. Quête initiatique, énigmes scientifiques sur fond historique : c’est tout ce qu’aime Guilhem Bec. Grand fan de Jules Verne et de H.G. Wells, le dessinateur et son compère scénariste Richard Marazano se sont pris de passion pour la personnalité excentrique de Nikola Tesla.
Extrait de "Les trois fantômes de Tesla : le mystère chtokavien".

Extrait de "Les trois fantômes de Tesla : le mystère chtokavien".

© Marazano/Guilhem - capture d'écran Fance 3.
Inventeur prolifique (300 brevets déposés principalement en rapport avec l’électricité) , cet Américain d’origine serbe est resté dans l’histoire dans l’ombre de son brillant contemporain Edison à qui on aurait attribué à tort plusieurs de ses inventions.
C’est cette rivalité qui est le point de départ des "Trois fantômes de Tesla" (ed. Le Lombard). "Sa personnalité me fascine", avoue Guilhem, "j’achète tous les bouquins qui lui sont consacrés. Je lis, je m’en nourris et ça me donne envie de faire découvrir le personnage au public".
Mission accomplie. Dans un style inspiré de la BD américaine des années 50 mais aussi en lien direct avec Blake et Mortimer – une autre de ses passions – Guilhem Bec imagine un monde au diapason de la démesure de Tesla. Salué par la critique et le public, "Le mystère chtokavien" est le premier tome d’une série de trois qui pourrait bien faire date dans le courant steampunk.

"Les trois fantômes de Tesla : le mystère chtokavien" de Richard Marazano et Guilhem est paru aux éditions Le Lombard  - 13,99 euros.

Alerte résultats de la présidentielle 2017
M'alerter dès que les résultats seront publiés !