Marie, la libraire, frissonne avec "N", adapté des nouvelles de Stephen King

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 18/04/2012 à 11H44
Marie la libraire vous recommande "N"

Marie la libraire vous recommande "N"

© DR

Stephen King est un des maîtres absolus du frisson en littérature. Lui même bourré de peurs et d'angoisses diverses, il possède l'art de nous accrocher à son écriture. On attrape ses histoires et on est pris en otage. Stupéfait, effrayé, on ne peut pas faire autrement que de lire, suspendu au fil du récit. « N. » est une adaptation d'une de ses nouvelles. Et croyez-moi, il est bien impossible de poser l'album quand on y a jeté un oeil !

La couverture de "N"

La couverture de "N"

© Glénat Comics / Albin Michel

« N. » est l'initiale qui cache le nom d'un patient. N. est venu consulter le psychanalyste John Bonsaint suite à un événement bien particulier. Cherchant à faire de jolies photos pour son calendrier annuel, N. s'est retrouvé au beau milieu d'un champ, au hasard d'une route. Sa balade s'est arrêtée devant un cercle de sept mégalithes. Il lève son appareil photo, regarde dans l'objectif... Ce n'est plus sept mais huit colonnes de pierre qui s'élèvent devant lui.

Un sentiment d'effroi l'assaille. Il touche chaque pierre, les regarde, les compte encore et encore, frénétiquement. Il lui semble que des visages apparaissent à la surface rugueuse de la roche. Il fuit le lieu, se promettant de ne plus y revenir. Jamais. Mais c'est irrépressible. Il DOIT revenir pour être sur qu'il ne devient pas fou.

Très vite, il se met à tout compter. Tout le temps. Les chaussures noires dans la rue, le nombre de pas qu'il fait pour aller chercher le pain. Ses tocs insupportables lui font pousser la porte du docteur et il raconte. Après plusieurs semaines de vaine thérapie, épuisé, il décide d'en finir et se suicide. Le récit insensé de N. hante le Dr Bonsaint. Il se doit d'aller voir ce champ. Il veut comprendre comment l'esprit de son patient a pu glisser si loin.

Sur place, l'attraction malsaine du lieu opère. Bonsaint essaie de rationaliser. Trop tard. Lui aussi commence à compter et à perdre le sommeil...

Extrait de "N" de Stephen King, Marc Guggenheim et Alek Maleev

Extrait de "N" de Stephen King, Marc Guggenheim et Alek Maleev

© Glénat Comics / Albin Michel


« N. » nous prend littéralement au piège. On est tout de suite happé, pris dans l'engrenage de l'histoire et du dessin ultra-réaliste, sans doute travaillé à partir de photographies. On a l'impression d'être victime soi-même du cercle vicieux subit par les personnages. Pris dans la malédiction. Le récit a une telle force qu'on serait tenté d'aller voir sur une carte si le champ existe vraiment. Pour l'heure, je ne l'ai pas fait. Je dis bien pour l'heure...
Stephen King joue avec les peurs communes : la folie, la contagion, les forces obscures prêtent à nous posséder. C'est efficace en diable et ça ne nous laisse aucun répit !

« N. », de Stephen King, Marc Guggenheim et Alek Maleev co-édition Glénat Comics et Albin Michel - 14,95 €

Marie Rameau - Librairie Bulles de Salon - 45 rue Carnot 92300 Levallois-Perret

Marie Rameau - Librairie Bulles de Salon - 45 rue Carnot 92300 Levallois-Perret

© DR