"Lorna", le choix de la libraire... pour public averti !

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 01/06/2012 à 11H14
Marie la libraire recommande "Lorna" et son humour au 20 000e degré

Marie la libraire recommande "Lorna" et son humour au 20 000e degré

© DR

Puritains et autres âmes facilement effarouchées, s'abstenir. « Lorna » est une oeuvre baroque au même titre qu'un bon vieux film de Godzilla peut l'être. L'auteur Brüno signe là un hommage aux films de série Z et autres nanards télévisuels. On balance entre « Sharktopus » (oui, ce film existe) et les récents « Boulevards de la Mort » ou « Planet Terror ». Une petite bombe dessinée en noir, blanc et jaune, galbée comme la poitrine de Pamela Anderson, efficace comme un blockbuster gavé à la testostérone. Avec juste un poil d'auto-dérision en plus.

Extraits de "Lorna" de Brüno

Extraits de "Lorna" de Brüno

© Ed. Treize Etrange

Henri Luxe-Butol est le fils d'un éminent scientifique. Pour en mettre plein la vue à son père, il arnaque William Machin, un chercheur au charisme proche de zéro, et s'approprie sa création : "Priaps", le médicament miracle pour donner aux hommes un membre dur comme le roc et deux fois plus long qu'à la normale. Mais la gloire à peine goûtée, Henri voit sa vie basculer. Tamara Teets, sa petite amie et hardeuse émérite, le quitte. Pour couronner le tout, William Machin décide de se venger en inoculant à Henri un virus qui le change périodiquement en une créature incontrôlable mi-homme mi-tarentule. Tel un Docteur Jekyll et Mister Hyde, Henri s'enfuit, laissant dans son sillage quelques cadavres de beautés plantureuses qu'il a mâchouillées malgré lui.

Papa Luxe-Butol va lancer un policier sur les traces de son fils. Le scandale gronde autour du fameux Priaps : certains grands consommateurs sont retrouvés morts avec un pénis aussi long qu'eux. Fâcheux effet secondaire. Bien que les petites pilules rapportent 30 millions de dollars par jour, il faut bien trouver une solution. C'est dans ce chaos ronflant que débarque de l'espace une bimbo blonde plus haute que la Tour Eiffel, nue et dûment épilée. La race humaine va vivre des événements qu'elle n'avait pas imaginés.

Extrait de "Lorna" de Brüno

Extrait de "Lorna" de Brüno

© Ed. Treize Etrange

"Lorna" est donc une BD décapante, qui épingle tous les stéréotypes utilisés dans cette catégorie de cinéma. Il est bon de préciser le caractère 'explicite' de certaines scènes lors des tournages de Tamara Teets. On ne badine pas, il y a du gros plan et c'est marqué sur la couverture : POUR PUBLIC AVERTI. Le scénario est maîtrisé, on sent que l'auteur a dû se "documenter" copieusement en avalant des heures de films de genre. Après sa très sombre et magistrale adaptation de « Atar Gull » d'Eugène Sue, Brüno vient titiller ses lecteurs à contre-pieds. Son dessin a cela de particulier, il met facilement à distance son sujet, un petit pas de recul qui amplifie le burlesque de la situation et offre aux lecteurs un moment de grande délectation décomplexée. Enfin... pour ceux qui savent reconnaître et apprécier l'esthétique de cet humour au 20.000ème degré ! Chaussez vos lunettes de soleil, ça va chauffer.

Extrait de "Lorna" de Brüno

Extrait de "Lorna" de Brüno

© Ed. Treize Etrange

« Lorna », de Brüno, Ed. Treize Etrange, 17,25€.

Marie Rameau - Librairie Bulles de Salon - 45 rue Carnot 92300 Levallois-Perret

Marie Rameau - Librairie Bulles de Salon - 45 rue Carnot 92300 Levallois-Perret

© DR