"100 Women Making Comics" : Londres prépare une exposition sur les femmes qui font de la BD

Par @Culturebox
Publié le 07/01/2016 à 10H04
La dessinatrice Posy Simmonds en 2010

La dessinatrice Posy Simmonds en 2010

© PETER MACDIARMID / GETTY IMAGES EUROPE / AFP

En pleine polémique sur l'absence de femmes sélectionnées pour le Grand Prix du festival d'Angoulême, "100 Women Making Comics" une exposition se prépare à Londres pour combattre "le cliché" voulant "que les femmes jouent un rôle limité dans le monde de la BD".

Intitulée "100 Women Making Comics" ("100 femmes qui font des BD") cette exposition prévue depuis plusieurs semaines se déroulera du 5 février au 15 mai à la Maison de l'illustration (House of Illustration), une organisation caritative.

Les femmes ont été présentes "tout au long de l'évolution" de la BD

Selon les organisateurs, il s'agira de la "plus grande exposition" jamais organisée au Royaume-Uni sur l'histoire de la BD féminine. L'idée, ajoutent-ils, est de "battre en brèche le cliché qui veut que les femmes jouent un rôle limité dans le monde de la BD".

Les femmes ont été présentes "tout au long de l'évolution" de la BD, constituant une "minorité prolifique" à l'origine de "certaines des oeuvres les plus provocatrices et influentes" de cet art.

L'exposition explorera "l'extraordinaire variété" de la production féminine, avec des oeuvres de dessinatrices contemporaines comme Posy Simmonds ou Kate Charlesworth, mais aussi de pionnières de la BD, comme Marie Duval (XIXe siècle).

"Il est surprenant et triste qu'une telle chose puisse se produire en France" en 2016

Dans l'histoire de la BD, la contribution des femmes a "tendance à être négligée ou marginalisée, de manière accidentelle ou non", regrettent Paul Gravett et Olivia Ahmad, des responsables de l'exposition. "Ces femmes méritent une plus grande reconnaissance", ont-ils dit à l'AFP, regrettant qu'aucune femme n'ait été, initialement, retenue parmi les auteurs en lice pour le Grand Prix du Festival international de la bande dessinée (FIBD) d'Angoulême, prévu fin janvier. "Il est surprenant et triste qu'une telle chose puisse se produire en France" en 2016, ont ajouté Paul Gravett et Olivia Ahmad.

Plusieurs des 30 auteurs sélectionnés pour le Grand Prix du festival, les Français Riad Sattouf, Joann Sfar, Etienne Davodeau mais aussi les Américains Daniel Clowes et Charles Burns avaient demandé, par solidarité avec leurs collègues femmes, que leur nom soit retiré de la liste. Face au tollé, les organisateurs du FIBD ont finalement annoncé mercredi qu'ils allaient ajouter des auteures dans la liste.