"La ferme des animaux", un conte de George Orwell adapté en BD par la CIA, réédité en France

Par @LaurenceHouot Journaliste, responsable de la rubrique Livres de Culturebox
Publié le 21/11/2016 à 18H27
George Orwell, auteur de  "La ferme des animaux", adapté, en BD par la CIA, réédité en français par les éditions L'Echappée

George Orwell, auteur de  "La ferme des animaux", adapté, en BD par la CIA, réédité en français par les éditions L'Echappée

© Leemage / AFP

Les éditions L'Echappée publient une version en bandes dessinées de "La ferme des animaux", de George Orwell, adaptée dans les années 50 par la CIA pour servir d'outil de propagande. Cette fable, une satire de la révolution russe et une sévère critique du système soviétique et du régime de Staline, a été diffusée dans le monde entier. Un document pour la première fois réédité en français.

Dans "Animal Farm", publié en 1945 aux Etats-Unis, George Orwell raconte la révolte des animaux contre le fermier qui les exploite. Satire de la révolution russe et du système soviétique, en particulier du stalinisme, cette fable reprend toutes les étapes de la révolution, de la révolte du peuple, à la confiscation du pouvoir par de nouvelles élites, en passant par la répression, les purges, le culte de la personnalité. En un mot, la dictature.
"La ferme des animaux", page 4 (2)

George Orwell eut quelque peine à faire éditer ce court récit satirique à la sortie de la guerre –l'URSS est encore un allié de la Grande-Bretagne. Il est finalement publié en Grande Bretagne et aux Etats-Unis en 1945, et connait un succès immédiat. "On raconte même que la reine, voulant lire cet ouvrage dont tout le monde parlait, mais ne pouvant se le faire livrer par les libraires classiques où il était en rupture de stock, dut envoyer son messager royal le chercher... à la librairie anarchiste de Londres", relate dans sa présentation qui accompagne l'ouvrage Patrick Marcolini, conservateur de bibliothèque, et directeur de la collection Versus aux éditions L’Échappée.

Cet engouement n'empêche pas "Animal Farm" d'être considéré jusqu'à la fin des années 40 comme un ouvrage subversif, dont les autorités américaines se méfient. En 1947, elles saisissent même un stock de 1500 exemplaires de la version ukrainienne et les remettent aux Soviétiques, raconte Patrick Marcolini.

La CIA achète les droits de "La ferme des animaux" pour en faire une BD de propagande

En 1951, changement de climat, la guerre froide a commencé. La CIA et les services secrets britanniques décident de transposer cette fable en dessin animé et en BD à des fins de propagande anticommuniste. La BD transposée de la satire de George Orwell est diffusée dans le monde entier. 
Bande annonce du dessin animé "Animal farm", sorti en 1954

Découvert par hasard

C'est une traduction de la version créole diffusée à l'Ile Maurice dans les années 70 que les éditions L’Échappée publient pour la première fois en France, avec un fac-similé de l'édition originale (en créole, donc)."Nous avions un intérêt pour les œuvres de George Orwell et notamment pour son roman "1984" que nous rêvons de rééditer dans une nouvelle traduction", confie Patrick Marcolini, "Et le hasard qui nous a fait découvrir "La ferme des animaux", en BD, dont nous ignorions totalement l'existence", raconte-t-il. C'est Alice Becker-Ho, la traductrice, qui a fait révélé à l'éditeur une version créole de la BD.

"L'exemplaire en créole qu'elle nous a présenté datait des années 70. Au départ nous avons cru que le texte d'Orwell avait été adapté en BD à cette époque-là. J'ai alors fait de recherches et j'ai découvert qu'en fait le texte d'Orwell avait été adapté pour la BD dans les années 50, en pleine guerre froide et qu'il avait été traduit dans plusieurs langues pour être utilisé comme outil de propagande.
"La ferme des animaux", George Orwell (L’Échappée), pages intérieures
Les archives des services secrets britanniques et américains en font ouvertement état. La CIA avait envoyé deux agents pour négocier avec sa veuve les droits de "La ferme des animaux" juste après la mort de George Orwell. Et c'est à Norman Pett, l'inventeur la première "Pin-Up", que les services secrets demandent d'illustrer la BD", raconte l'éditeur.

Diffusée dans le monde entier

La BD (90 planches de 4 images chacune) est alors largement publiée dans les journaux de l'Extrême et du Moyen Orient, mais aussi en Amérique latine, en Inde, ou en Afrique.

"La ferme des animaux", page 4
"J'ai retrouvé la version originale, en anglais, à la Bibliothèque nationale britannique", raconte le bibliothécaire, qui confie avoir cherché dans les registres de toutes les bibliothèques des pays visés par la propagande américaine pendant la guerre froide. "Mais à part la version anglaise, et cette version créole, je n'en ai retrouvé aucune trace", raconte-t-il. Patrick Marcolini espère que la publication de l'album exhumera d'un grenier ou d'une bibliothèque d'autres versions de "La ferme des animaux" en BD.

Un texte intemporel

Ce document inédit est un petit événement. "La bande dessinée a servi d'outil de propagande politique tout au long du XXe, avec par exemple Captain America, super-héros patriotique créé par Jack Kirby et Joe Simon, ou "Téméraire", le journal illustré pour les jeunes lancé par les nazis", rappelle Patrick Marcolini. "Avec "La ferme des animaux", on est dans un double paradoxe puisque le récit mis en image à des fins de propagande est lui-même une dénonciation de la propagande", remarque-t-il". L'adaptation est très fidèle au texte d'Orwell. Marx, Trotski, Staline… On peut y reconnaître tous les différents acteurs de la révolution russe. "On retrouve aussi chaque catégorie sociale, figurée par une famille d'animaux", explique Patrick Marcolini, "et aussi tous les rouages du système soviétique, on peut par exemple interpréter la construction du moulin comme les fameux plans quinquennaux", souligne-t-il.
"La ferme des animaux", page 20
"Mais ce qui est vraiment intéressant, c'est que ce texte est intemporel, universel. Il dénonce toute forme de dictature. On peut penser aujourd'hui aux révolutions arabes par exemple. "La ferme des animaux est aussi précurseur dans sa forme. "Elle annonce la bande dessinée zoomorphique reprise ensuite par des auteurs comme Spiegleman ("Maus") ou Lewiss Trondheim ("Les formidables aventures de Lapinot")", conclut Patrick Marcoli.

La Bd, éditée dans un format souple, est enrichie d'une présentation qui raconte toute l'histoire du texte de George Orwell, puis celle de sa récupération par les services secrets britanniques, et avec en bonus la version en créole. Un album-document que l'on peut donc lire à différents niveaux. Tout à fait passionnant. 
Couverture de "La ferme des animaux"
"La ferme des animaux", George Orwell, traduction du créole en français par Alice Becker-Ho (L'Echappée - 80 pages - 15 €)