KZ Dora, BD sur un camp de concentration oublié

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 25/03/2012 à 15H41
Dora, un camp de concentration oublié

Dora, un camp de concentration oublié

© France 3 / Culturebox

Pierre Walter fut un survivant des camps de concentration. Résistant pendant la seconde guerre mondiale, il est envoyé à Dora, camp satellite du plus connu Buchenwald. En 1945 à la Libération, il jette sur le papier les mémoires de 3 ans d'horreur et puis enferme le tout dans une malle - et dans l'oubli. C'est son petit-fils qui publie KZ Dora, chronique en bande dessinée d'un camp dans lequel étaient fabriquées des armes secrètes, les missiles V1 et V2, en fonctionnement de 1943 à 1945.

Robin Walter signe avec KZ Dora - dont les 2 tomes sont parus en 2010 et 2012, sa première bande dessinée, sur un thème loin d'être évident. Il a cependant sa place parmi les ouvrages, entre autres, d'Art Spiegelman (Maus) ou de Pascal Croci (Auschwitz), avec une approche différente toutefois puisqu'il est anglé sur le thème de la déportation des résistants et non de la Shoah. Dans son souci d'exactitude et de témoignage, le livre comporte un cahier final reproduisant une partie du journal de son grand-père.

Robin Walter parlait de son ouvrage lors d'un colloque le 6 mai 2011 à la Bibliothèque Nationale de France :

 

KZ Dora, tome 1 et 2, éditions Des ronds dans l'O, 2010 et 2012.